Marchés français ouverture 2 h 42 min
  • Dow Jones

    30 937,04
    -22,96 (-0,07 %)
     
  • Nasdaq

    13 626,06
    -9,93 (-0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    28 602,98
    +56,80 (+0,20 %)
     
  • EUR/USD

    1,2161
    -0,0007 (-0,06 %)
     
  • HANG SENG

    29 442,12
    +50,86 (+0,17 %)
     
  • BTC-EUR

    26 116,40
    -245,38 (-0,93 %)
     
  • CMC Crypto 200

    639,14
    -0,78 (-0,12 %)
     
  • S&P 500

    3 849,62
    -5,74 (-0,15 %)
     

Quatre questions sur le halo, dispositif qui a sauvé la vie de Romain Grosjean

Guillaume Poisson
·1 min de lecture

Romain Grosjean s’est miraculeusement sorti d’un violent accident ce dimanche à Bahreïn. Installé sur les F1 depuis 2018, le halo a joué un rôle crucial et salvateur dans cet épisode. Il n'a pourtant pas toujours fait l'unanimité parmi les acteurs de la discipline.

Le halo, c'est quoi ?

C'est un arceau fixé à la voiture, devant le volant et de part et d’autre du casque du pilote. Il est visible sur l’ensemble des monoplaces depuis 2018. Auparavant, les Formule 1 étaient “nues” à l’avant. A l’époque, ce nouvel élément avait déstabilisé pilotes et suiveurs, certains allant même jusqu’à regretter qu’on abîme l’esprit de la Formule 1 (voir plus loin).

Un prototype en acier a été testé avec succès en 2015 : il a résisté au choc d'un pneu de 20 kg envoyé à 225km/h par un canon. Au Grand Prix d'Autriche 2016, un Halo n°2, en titane, plus léger et résistant, est testé. Plus large, il améliore la visibilité des pilotes. A la fin de la saison 2016, tous les pilotes ont au moins pu faire un tour avec ce système.

Pourquoi le halo a-t-il été rendu obligatoire en 2018 ?

Le halo vient du besoin de protéger la tête des pilotes, en plus du traditionnel casque. L’idée est venue d’un double accident en 2009 : celui, mortel, d’Henry Surtees, tué par un pneu dans une course de F2 ; et celui de Felipe Massa en Formule 1, touché à la...

Lire la suite sur France tv sport

A lire aussi

Ce contenu pourrait également vous intéresser :