La bourse est fermée
  • Dow Jones

    31 582,51
    +650,14 (+2,10 %)
     
  • Nasdaq

    13 583,92
    +391,57 (+2,97 %)
     
  • Nikkei 225

    29 663,50
    +697,49 (+2,41 %)
     
  • EUR/USD

    1,2051
    -0,0036 (-0,30 %)
     
  • HANG SENG

    29 452,57
    +472,36 (+1,63 %)
     
  • BTC-EUR

    40 117,73
    +3 611,61 (+9,89 %)
     
  • CMC Crypto 200

    966,89
    +38,66 (+4,16 %)
     
  • S&P 500

    3 906,89
    +95,74 (+2,51 %)
     

Quatre mois après la tempête Alex, la vallée de la Roya craint à nouveau le pire

·1 min de lecture

Les habitants du haut de la vallée de la Roya viennent de passer le week-end coupés du monde et craignent que le scénario catastrophe d'octobre se répète. Vendredi, de fortes pluies ont rendu impraticable la route vers Tende déjà fortement endommagée lors de la tempête Alex le 2 octobre dernier. La vallée entière et celle de la Vésubie et de la Tinée, dans l’arrière-pays niçois, avaient été ravagées par des crues meurtrières et destructrices. Dimanche, des travaux de consolidation ont été entrepris et l’isolement rompu. Les convois pour desservir Tende ont repris mais les habitants scrutent le ciel avec angoisse. 

Jean-Marc tient le tabac de Tende, l'un des rares commerces encore ouverts dans la commune. "Il y a eu deux passages à gué qui sont partis. Ça a été quand même très, très vite réparé", raconte-t-il à Europe 1. Mais les habitants vivent dans l'angoisse de nouvelles pluies. "Ce n'est pas rassurant. Il va y avoir la fonte des neiges, ça risque de se reproduire", s'inquiète une riveraine. "À chaque pluie on a peur, à chaque pluie on se dit que l'on n'aura plus de route. Il nous faudrait vraiment des ponts plus costauds", lâche une autre.

"La reconstruction prendra énormément de temps"

Jean-Pierre Vassallo, le maire de Tende, sait que la reconstruction prendra du temps, mais s'exaspère de ne voir que des solutions provisoires. "Il faut maintenant construire des ponts, plus de passages à gué, pour que l'on puisse commencer à revivre normalement. Jusqu'à la mi-mars, on n'a...


Lire la suite sur Europe1