La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 570,19
    -52,40 (-0,79 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 130,84
    -39,03 (-0,94 %)
     
  • Dow Jones

    34 584,88
    -166,44 (-0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1732
    -0,0040 (-0,34 %)
     
  • Gold future

    1 753,90
    -2,80 (-0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    41 473,07
    +482,27 (+1,18 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 193,48
    -32,05 (-2,62 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,96
    -0,65 (-0,90 %)
     
  • DAX

    15 490,17
    -161,58 (-1,03 %)
     
  • FTSE 100

    6 963,64
    -63,84 (-0,91 %)
     
  • Nasdaq

    15 043,97
    -137,96 (-0,91 %)
     
  • S&P 500

    4 432,99
    -40,76 (-0,91 %)
     
  • Nikkei 225

    30 500,05
    +176,71 (+0,58 %)
     
  • HANG SENG

    24 920,76
    +252,91 (+1,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,3737
    -0,0059 (-0,43 %)
     

Un quart des influenceurs n'indiquent pas clairement leurs contenus sponsorisés

·1 min de lecture

Les produits présentés par des influenceurs sont rarement dépourvus d'intérêts commerciaux. Plus d'un quart (26,6%) des créateurs de contenus sur les réseaux sociaux ne permettent pas d'identifier clairement leurs publications sponsorisées par des marques, révèle lundi l'Autorité de régulation professionnelle de la publicité (ARPP).

Parmi les quelque 30 000 contenus et 7 000 influenceurs passés au crible via des plateformes de mises en relation entre créateurs et annonceurs, "73,4% des publications présentent au moins un début d'identification, dont 32,2% sont améliorables en termes de clarté ou d'instantanéité", ajoute l'ARPP dans son communiqué de presse.

A lire aussi — Twitter offre la possibilité de devenir un influenceur rémunéré sur sa plateforme

Le régulateur souhaite que l'identification des partenariats soit explicite via des mots-clés clairs (#partenariat, #sponsoring) ou une indication visuelle ou audio au début des contenus, et pas seulement dans la description textuelle des vidéos. Il lance lundi le "certificat de l'influence responsable", sorte de guide pédagogique à destination des influenceurs pour leur apprendre les règles légales et déontologiques lors de leurs interactions avec les marques, associé à des exemples.

"Le défaut de transparence est davantage le fait des influenceurs à faible audience" et "plus les influenceurs se professionnalisent, plus la déontologie est respectée", explique l'ARPP, qui boucle la deuxième édition de son Observatoire de l'influence (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Facebook est conscient qu'Instagram est mauvais pour la santé mentale des adolescents
Voici les meilleures photos au microscope de l'année selon Nikon, elles révèlent un monde caché
La modération de Facebook offrirait un traitement de faveur à ses utilisateurs VIP
Ces compagnies aériennes vont offrir des jetons de cryptomonnaie plutôt que des miles à leurs clients réguliers
L'algorithme d'Amazon accusé de promouvoir des livres anti-vaccin 'inacceptables'

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles