La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 611,69
    -69,45 (-1,22 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 599,55
    -41,82 (-1,15 %)
     
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,26 (-0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,2085
    -0,0071 (-0,58 %)
     
  • Gold future

    1 827,70
    -23,70 (-1,28 %)
     
  • BTC-EUR

    30 422,57
    +324,79 (+1,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    701,93
    -33,21 (-4,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,04
    -1,53 (-2,86 %)
     
  • DAX

    13 787,73
    -200,97 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    6 735,71
    -66,25 (-0,97 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,14 (-0,87 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    28 519,18
    -179,08 (-0,62 %)
     
  • HANG SENG

    28 573,86
    +77,00 (+0,27 %)
     
  • GBP/USD

    1,3583
    -0,0108 (-0,79 %)
     

Les quadras de l’assurance reprennent le flambeau

·2 min de lecture

Chez les assureurs, deux dauphins font leur rentrée dans deux maisons adverses.

Chez les assureurs, deux dauphins font leur rentrée dans deux maisons adverses. L’un est nommé directeur général adjoint du réassureur Scor, au côté de son PDG Denis Kessler. L’autre est devenu le bras droit de Thierry Derez, patron de l’assureur mutualiste Covéa. Le premier, c’est Benoît Ribadeau-Dumas, un X-ENA entré dans la lumière en 2017 lorsqu’il est devenu directeur de cabinet du Premier ministre, son ami et camarade de promotion Edouard Philippe. Jusque-là, il avait passé une dizaine d’années dans l’aéronautique (Thales, Zodiac Aerospace) et le secteur parapétrolier (CGG) – après une expérience de conseiller technique au sein du cabinet de Jean-Pierre Raffarin. Après avoir quitté Matignon en juillet, il a démissionné de la fonction publique et doit prendre la tête de Scor quand sonnera en 2022 l’heure de la retraite pour Kessler.

Paul Esmein, de son côté, est moins exposé. Entré chez Covéa comme directeur de cabinet de Thierry Derez en 2014, ce diplômé des Mines et de l’Ensae, ancien du Trésor, devient directeur général adjoint de l’assureur. Pour l’omniprésent PDG, qui pilote MMA, Maaf et GMF, les trois marques du groupe, offrir le poste de numéro deux à son poulain est une façon d’apaiser le gendarme des assurances, l’Autorité de contrôle prudentiel et de résolution, qui lui reproche sa gouvernance trop personnelle. Mais pas de rupture au programme, comme le prouve l’interview millimétrée et à deux voix accordée le 17 décembre dernier à La Tribune.

Inimitié en héritage

Ces quadragénaires, piochés dans l’aristocratie de la haute administration, reprendront des dossiers sensibles, à l’heure où les assureurs sont dans le collimateur de l’opinion. A la différence de Paul Esmein, Benoît Ribadeau-Dumas est un néophyte dans le secteur, et son manque d’expérience exaspère, d’autant qu’il a été choisi parmi 34 candidats de haute volée. « Scor nous a stupéfiés avec ses méthodes ancestrales », expliquent les analystes d’OFG Recherche. Le dernier bras de fer du haut f[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi