Marchés français ouverture 6 h 4 min
  • Dow Jones

    29 926,94
    -346,93 (-1,15 %)
     
  • Nasdaq

    11 073,31
    -75,33 (-0,68 %)
     
  • Nikkei 225

    27 073,31
    -237,99 (-0,87 %)
     
  • EUR/USD

    0,9795
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    18 012,15
    -75,82 (-0,42 %)
     
  • BTC-EUR

    20 422,87
    -489,64 (-2,34 %)
     
  • CMC Crypto 200

    455,17
    -7,95 (-1,72 %)
     
  • S&P 500

    3 744,52
    -38,76 (-1,02 %)
     

Qu’est ce que le marché européen de l’électricité ?

© Raphael Lafargue-Pool/SIPA

Ce système, pensé dans les années 1990, permet de mutualiser les moyens de production d’énergie entre les différents pays de l’Union européenne afin de répondre plus facilement à la demande d’électricité et d’en réduire, théoriquement, son coût.

En pratique, le prix de l’électricité est négocié entre les producteurs (les propriétaires de centrales) et les fournisseurs, qui achètent l’énergie pour la revendre aux particuliers et aux entreprises. Des traders peuvent aussi intervenir pour acheter et vendre sur le marché européen. Le montant final auquel le fournisseur achète de l’énergie s’appelle le prix de gros.

Retrouvez toutes les antisèches du Journal de Demain   ici

Ce prix est fixé par le tarif appliqué par la dernière centrale électrique nécessaire pour répondre à la demande. Ainsi, lorsque la demande en électricité est faible, ce sont les énergies renouvelables et nucléaires, aux coûts les plus bas, qui sont mobilisées. Si la demande est plus importante, on fait également appel aux centrales à charbon et à gaz, aux coûts de fonctionnement plus élevés. Or, ces derniers mois, le gaz est fortement sollicité. Le prix de gros est donc déterminé en fonction du coût de production de cette énergie. Avec ce fonctionnement, les producteurs d’énergie nucléaire et renouvelable n’ont pas d’autre choix que de s’aligner sur les prix du gaz. C’est ce système qui est remis en cause par plusieurs pays européens.

À écouter également :


Retrouvez cet article sur LeJDD