La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 612,76
    -21,01 (-0,32 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,30
    -27,47 (-0,67 %)
     
  • Dow Jones

    34 935,47
    -149,06 (-0,42 %)
     
  • EUR/USD

    1,1872
    -0,0024 (-0,20 %)
     
  • Gold future

    1 812,50
    -18,70 (-1,02 %)
     
  • BTC-EUR

    34 907,86
    +1 642,20 (+4,94 %)
     
  • CMC Crypto 200

    955,03
    +5,13 (+0,54 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,81
    +0,19 (+0,26 %)
     
  • DAX

    15 544,39
    -96,08 (-0,61 %)
     
  • FTSE 100

    7 032,30
    -46,12 (-0,65 %)
     
  • Nasdaq

    14 672,68
    -105,59 (-0,71 %)
     
  • S&P 500

    4 395,26
    -23,89 (-0,54 %)
     
  • Nikkei 225

    27 283,59
    -498,83 (-1,80 %)
     
  • HANG SENG

    25 961,03
    -354,29 (-1,35 %)
     
  • GBP/USD

    1,3908
    -0,0050 (-0,35 %)
     

Ce qu’il faudrait faire pour limiter les dépenses de retraite

·1 min de lecture

Pas de préconisations mais plutôt une boîte à outils. Le Comité de suivi des retraites (CSR) livre, ce jeudi 15 juillet, son traditionnel avis annuel sur notre système de retraite. Créée en 2014, cette instance a pour rôle d’alerter le gouvernement en cas de dérive financière du système. Et il pose une problématique au gouvernement actuel mais qui sera aussi la même pour la prochaine mandature : quel doit être le niveau de dépenses nationales pour les retraites ? Aujourd’hui, leur montant représente 13,5% du PIB. “Le vrai paramètre sur lequel il y a une décision à prendre c’est le niveau de richesse que le pays est prêt à mettre dans les retraites, estime Didier Blanchet, président du CSR. C’est en ces termes que le débat doit se poser. Il faut savoir si on veut le baisser plus rapidement pour se dégager de la marge de manœuvre et permettre à l’Etat de réaffecter cet argent à d’autres dépenses. C’est un choix politique”. Et en fonction du choix effectué, l'ampleur des mesures à prendre ne sera pas la même.

La première hypothèse serait de décider de maintenir un niveau de dépense à 13,5% du PIB. Et les mesures prises dans le passé permettent de maintenir ce cap sans demander trop d’efforts. Ainsi, le passage de l’âge légal de départ de 60 à 62 ans ou encore l’allongement de la durée de cotisation pour obtenir une retraite à taux plein et l’indexation des pensions sur l’inflation plutôt que sur les salaires a évité, qu’en raison du choc démographique, la part des retraites dans le (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Retraite complémentaire Agirc-Arrco : vers une sous-indexation des pensions en novembre ?
Comment sont pris en compte les enfants pour votre retraite même si ce ne sont pas les vôtres
Aide à domicile : le cri d’alarme des professionnels pour un vrai financement du secteur
Les marges de manoeuvre étroites d’Emmanuel Macron pour réformer les retraites
Retraite : cette mesure qui incite déjà les Français à travailler plus longtemps

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles