La bourse ferme dans 1 h 8 min
  • CAC 40

    7 042,55
    +176,77 (+2,57 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 255,19
    +118,08 (+2,85 %)
     
  • Dow Jones

    35 763,78
    +536,75 (+1,52 %)
     
  • EUR/USD

    1,1254
    -0,0033 (-0,29 %)
     
  • Gold future

    1 779,90
    +0,40 (+0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    45 945,31
    +2 367,95 (+5,43 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 334,43
    +13,15 (+1,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,21
    +2,72 (+3,91 %)
     
  • DAX

    15 768,69
    +387,90 (+2,52 %)
     
  • FTSE 100

    7 330,88
    +98,60 (+1,36 %)
     
  • Nasdaq

    15 647,05
    +421,89 (+2,77 %)
     
  • S&P 500

    4 685,76
    +94,09 (+2,05 %)
     
  • Nikkei 225

    28 455,60
    +528,23 (+1,89 %)
     
  • HANG SENG

    23 983,66
    +634,28 (+2,72 %)
     
  • GBP/USD

    1,3237
    -0,0024 (-0,18 %)
     

Le Qatar balise le terrain avant le Mondial 2022

·2 min de lecture

L’émirat a promis un bilan carbone neutre pour la prochaine Coupe du monde de football. Un défi de taille pour le pays le plus pollueur de la planète. Le fondement, aussi, du projet Qatar National Vision 2030.

Abdulaziz al-Ishaq a eu son heure de gloire dans les années 1970, quand il évoluait comme arrière droit de l’équipe de foot d’Al-Wakrah, deuxième ville du Qatar. Aujourd’hui, l’ingénieur formé aux Etats-Unis fait partie du management du stade Al-Janoub, l’un des huit sites flambant neufs qui accueilleront la Coupe du monde de football dans un an. Tunique et ghutra blanche, longue barbe grise, il est l’âme de ces lieux qu’il fait visiter comme un château de la Renaissance. "En termes de sécurité des joueurs et des supporters, nous avons fait beaucoup plus que ce que nous demandait la Fifa", annonce-t-il. Et le visiteur passe des vestiaires très luxueux des joueurs aux tribunes scrutées par 1.500 caméras de surveillance. La pelouse est aux normes de la fédération, tout comme la température dans l’enceinte, qui ne dépasse pas les 24°C, alors qu’il fait 39°C à l’extérieur. Les ingénieurs qatariens affirment avoir réussi là où leurs homologues américains et singapouriens ont échoué: rafraîchir un stade en plein air grâce à des milliers de bouches d’aération, à un coût écologique acceptable. L’air est pompé à l’intérieur de l’enceinte, filtré et rafraîchi encore et encore. "Pour le même volume qu’un aéroport, nous consommons moins", affirme le responsable. Impossible d’obtenir plus de précision.

Le Qatar a promis un bilan carbone neutre de la compétition. Un défi gigantesque pour cet émirat de moins de 3 millions d’habitants qui se classe au rang de plus gros pollueur de la planète pour la quantité de CO2 émise par habitant: deux fois celle des Etats-Unis, huit fois celle de la France, selon la Banque mondiale. Et d’après un rapport de la Fifa, l’été dernier, cette Coupe 2022 devait produire 3,6 millions de tonnes de CO2, soit 70% de plus que la dernière compétition en Russie. Le transport des supporters et des jour­nalistes devrait constituer une bonne part de ces émissions, mais le système de climatisation des stades à ciel ouvert est également pointé du doigt.

Sur terr[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles