La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 739,73
    -336,14 (-4,75 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 089,58
    -203,66 (-4,74 %)
     
  • Dow Jones

    34 899,34
    -905,04 (-2,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,1322
    +0,0110 (+0,99 %)
     
  • Gold future

    1 788,10
    +1,20 (+0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    48 032,64
    -669,04 (-1,37 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 365,60
    -89,82 (-6,17 %)
     
  • Pétrole WTI

    68,15
    -10,24 (-13,06 %)
     
  • DAX

    15 257,04
    -660,94 (-4,15 %)
     
  • FTSE 100

    7 044,03
    -266,34 (-3,64 %)
     
  • Nasdaq

    15 491,66
    -353,57 (-2,23 %)
     
  • S&P 500

    4 594,62
    -106,84 (-2,27 %)
     
  • Nikkei 225

    28 751,62
    -747,66 (-2,53 %)
     
  • HANG SENG

    24 080,52
    -659,64 (-2,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,3342
    +0,0022 (+0,16 %)
     

Le Qatar épinglé par Amnesty International à un an du Mondial 2022

·2 min de lecture

L'organisation humanitaire estime que les progrès réalisés ces dernières années par l'émirat sur les conditions de vie et de travail des employés migrants sont au point mort, à un an du début de la Coupe du monde de football.

La polémique est née dès les premiers coups de pioches pour l’édification des stades de la . Les conditions de vie et de travail des ouvriers de ces chantiers, essentiellement originaires du Bangladesh et du Népal, ont été dénoncées par plusieurs syndicats internationaux et organisations humanitaires, dont Amnesty International, qui publie chaque année son "Reality Check" sur le Qatar depuis cinq ans. Dans son dernier rapport, publié ce mardi 16 novembre, elle estime que les progrès engagés par les autorités pour améliorer le sort des travailleurs "sont au point mort depuis un an, et que les anciennes pratiques abusives ont refait surface".

Amnesty International n’appelle pas au boycott de la compétition et ne fait pas d’enquête pour évaluer le nombre de morts, mais elle estime, tout comme les experts de l’Organisation internationale du travail (OIT) présents sur place, que 70% des décès sur les chantiers ne sont pas étayés et ne sont donc pas reliés aux conditions de chaleur extrêmes du pays. "Six cas ont été documentés et d’autres sont à venir", insiste une porte-parole.

6.500 morts en 10 ans

Le coût humain de ces chantiers a été régulièrement dénoncé par plusieurs organisations internationales et dans un article du quotidien britannique The Guardian, qui évoquaient, en début d’année, le décès de 6.500 ouvriers sur dix ans. Hassan al-Thawadi, le patron du comité d’organisation , réfute l’accusation. Ce chiffre, selon lui, n’inclut pas seulement des ouvriers et il avance le bilan de 37 morts liés aux chantiers de construction des stades. "Nous menons une enquête approfondie sur chaque décès, assure-t-il, nous regardons son état de santé avant la mort, sa médication, les circonstances de l’accident. Nos enquêtes vont au-delà de ce qui nous est demandé." Les évolutions des conditions de travail des employés sont suivies de près par les représentants de l’OIT, présents sur place depuis 2013.

"La relation était plutôt combative au départ, raconte Max Tuñón, chef du b[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles