La bourse ferme dans 4 h 45 min
  • CAC 40

    6 260,05
    +25,91 (+0,42 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 015,02
    +21,59 (+0,54 %)
     
  • Dow Jones

    34 035,99
    +305,10 (+0,90 %)
     
  • EUR/USD

    1,1988
    +0,0011 (+0,10 %)
     
  • Gold future

    1 775,80
    +9,00 (+0,51 %)
     
  • BTC-EUR

    50 546,04
    -2 169,87 (-4,12 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 344,92
    -36,03 (-2,61 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,47
    +0,01 (+0,02 %)
     
  • DAX

    15 402,81
    +147,48 (+0,97 %)
     
  • FTSE 100

    7 034,19
    +50,69 (+0,73 %)
     
  • Nasdaq

    14 038,76
    +180,92 (+1,31 %)
     
  • S&P 500

    4 170,42
    +45,76 (+1,11 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3789
    +0,0005 (+0,03 %)
     

Dans le Puy-de-Dôme, cette ferme bio a fait le pari de la vente directe

Atelier des modules
·1 min de lecture

De l'élevage à la transformation jusqu'à la vente de la viande, la ferme d'agriculture biologique des Lozamies située à Saint-Georges-de-Mons dans le Puy-de-Dôme a totalement changé ses modes de production depuis huit mois.

Pour ne plus dépendre des grossistes, des grandes surfaces ou des cours du marché mondial, ces éleveurs font le pari de la vente directe. Les associés ont fait le choix d'une autonomie totale allant jusqu'à produire eux-mêmes toute la nourriture de leurs animaux pour réduire au maximum le recours à des fournisseurs. "Le prix des céréales en bio, c'est presque le double qu'en conventionnel, et ça revenait plus cher pour le consommateur ce qui n'est pas le but", précise l'éleveur Laurent Barlot.

Un demi-million investi

Toutes les parties des animaux doivent être valorisées alors la ferme propose quelque 200 produits différents fabriqués sur place : "L'avantage c'est que je peux voir comment sont nourris les cochons, voir s'il fait rajouter quelque chose dans l'alimentation", se réjouit le boucher Frédéric Cordoba.

Plus de 500 000 euros ont été investis dans ce projet qui s'est également traduit par des créations d'emplois. Les effectifs ont doublé passant de 5 à 10 salariés. Près d'une centaine de clients se fournissent chaque semaine auprès de la ferme. Entre charcuterie, plats préparés et viande sous vide, le panier moyen s'élève environ à 50 euros. "Ce n'est pas plus cher qu'en grande surface et c'est bien meilleur", assure une habituée.

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi