Marchés français ouverture 5 h 15 min
  • Dow Jones

    35 490,69
    -266,19 (-0,74 %)
     
  • Nasdaq

    15 235,84
    +0,12 (+0,00 %)
     
  • Nikkei 225

    28 782,90
    -315,34 (-1,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,1598
    -0,0008 (-0,07 %)
     
  • HANG SENG

    25 642,30
    +13,56 (+0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    50 857,30
    -1 877,91 (-3,56 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 412,40
    -61,93 (-4,20 %)
     
  • S&P 500

    4 551,68
    -23,11 (-0,51 %)
     

Puma rebondit dans le running

·2 min de lecture

Fort de sa percée dans le football, l’équipementier sportif a soif de conquêtes. Sa priorité? La course à pied, activité en pointe, même en temps de pandémie.

La salle de réunion Griezmann côtoie la salle Giroud, juste au-dessus des salles Maradona, Bolt ou Cruyff. Puma a inauguré début juillet son nouveau siège français à Strasbourg: 4.200 mètres carrés flambant neufs, à deux pas du Parlement européen, pour accueillir ses 120 salariés. Avec son grand Puma rouge bondissant devant le bâtiment, œuvre du sculpteur français Richard Orlinski, le siège est incontournable. Une façon pour le groupe d’affirmer ses nouvelles ambitions de croissance dans un secteur en pleine recomposition: début août, à la société américaine Authentic Brands Group pour 2,1 milliards d’euros. "Nous allons grossir et recruter, s’enthousiasme Richard Teyssier, directeur général Europe de Puma. Nous avons de la place ici."

Marché dynamique

La marque, qui sponsorise les crampons de Neymar, compte d’abord poursuivre son aventure dans le ballon rond, même si ce sport a souffert de la pandémie: Puma y revendique une croissance de 83% sur les trois dernières années, alors que le marché de la chaussure de foot s’est contracté d’un tiers.

D’autres signaux sont au vert. L’équipementier a quasiment doublé ses ventes au deuxième trimestre 2021 par rapport à la même période un an plus tôt: un chiffre d’affaires de 1,6 milliard d’euros, pour 831 millions l’an dernier. Surtout, Puma veut se faire un nom dans , et praticable en temps de pandémie prolongée. "Nous voulons accélérer dans le running et reprendre une bonne position dans la course longue distance, développe Richard Teyssier. Nous sommes bons sur le sprint en athlétisme, mais pas sur celui de la performance du coureur régulier." Le groupe revendiquait 2,3% de part de marché dans le monde au premier semestre 2021. Il ne donne aucun chiffre pour la France, mais affirmait se situer entre la quatrième et la sixième position et vise le Top-3 d’ici à la fin d’année. "Sur les douze derniers mois, le marché du running pèse un peu plus d’1 milliard d’euros en France en incluant chaussures et accessoires, précise Je[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles