Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 534,52
    -52,03 (-0,69 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 827,24
    -42,88 (-0,88 %)
     
  • Dow Jones

    40 287,53
    -377,49 (-0,93 %)
     
  • EUR/USD

    1,0886
    -0,0014 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    2 402,80
    -53,60 (-2,18 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 109,82
    +2 212,45 (+3,76 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 374,39
    +43,49 (+3,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,25
    -2,57 (-3,10 %)
     
  • DAX

    18 171,93
    -182,83 (-1,00 %)
     
  • FTSE 100

    8 155,72
    -49,17 (-0,60 %)
     
  • Nasdaq

    17 726,94
    -144,28 (-0,81 %)
     
  • S&P 500

    5 505,00
    -39,59 (-0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    40 063,79
    -62,56 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 417,68
    -360,73 (-2,03 %)
     
  • GBP/USD

    1,2915
    -0,0032 (-0,25 %)
     

Puis je transmettre ma mycose vaginale à mon partenaire sexuel ?

Chinnapong/IStock

Une mycose vaginale est une infection fongique due à un champignon, le plus fréquemment du type Candida albicans. Ces levures vivent en équilibre au niveau des muqueuses vaginales. Ces champignons ne sont donc pas pathogènes tant que la flore vaginale est bien équilibrée.

L’apparition d’une mycose vaginale est principalement due à une perturbation de la flore vaginale. Plusieurs facteurs peuvent favoriser ce déséquilibre. Il peut notamment être lié :

Une mycose vaginale se caractérise par un écoulement vaginal épais blanchâtre, qui peut s’accompagner de démangeaisons gênantes. "Il est préconisé de consulter son médecin traitant ou gynécologue lorsque les pertes vaginales deviennent malodorantes", prévient la Docteure Faïza Bossy, médecin généraliste.

Contrairement à la syphilis, la gonorrhée, la chlamydiose ou encore la trichomonase, la mycose vaginale n’est pas une infection sexuellement transmissible. Comme elle n’est pas contagieuse, elle ne peut donc pas se transmettre à son partenaire sexuel. Toutefois, la flore vaginale peut être altérée par des relations sexuelles très régulières, ce qui peut entraîner cette infection fongique.

PUBLICITÉ

Pour confirmer le diagnostic, le professionnel de santé procède à un interrogatoire, qui est souvent très parlant, et à un examen gynécologique. Il est possible qu’il pratique également un prélèvement vaginal, en fonction de la gravité et de la durée des symptômes, afin de déterminer le germe à l’origine de l’infection et d'adapter le traitement. (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite