Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    37 731,40
    -21,91 (-0,06 %)
     
  • Nasdaq

    15 631,49
    -51,88 (-0,33 %)
     
  • Nikkei 225

    38 079,70
    +117,90 (+0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,0650
    -0,0025 (-0,23 %)
     
  • HANG SENG

    16 385,87
    +134,03 (+0,82 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 312,62
    +2 075,47 (+3,63 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    5 012,79
    -9,42 (-0,19 %)
     

Puis-je négocier mes frais bancaires ?

Vincent/Adobe Stock

Les règles sont simples. La banque publie une brochure tarifaire à intervalle régulier pour ensuite l’appliquer à l’ensemble de ses clients. Qu’il s’agisse de services payants ou de pénalités financières, vous pourriez croire qu’il est vain d’engager une négociation. Ce serait se tromper sur le fonctionnement des agences bancaires. Car il est tout à fait possible d’obtenir des ristournes auprès de son conseiller. “En réalité, les tarifs pratiqués par les banques traditionnelles varient d’un banquier à un autre, ce qui signifie qu’ils varient aussi d’un client à un autre, rappelle l’établissement français Memo Bank (...) À moins que vous ne teniez à subventionner indirectement les autres clients de votre banque, nous vous conseillons donc de négocier vos frais bancaires.”

Sachez déjà que la tâche sera plus aisée si vous êtes un “bon client”. Livret d’épargne, assurance, crédit… Plus vous aurez souscrit un nombre important de produits au sein de votre banque, plus votre marge de négociation sera importante auprès de votre conseiller ou responsable d’agence. Ce qui n’empêche pas les seuls détenteurs d’un compte courant, qui y versent leurs salaires, de tenter leur chance. Il est par exemple fréquent de bénéficier d’un remboursement intégral des frais liés à un découvert ponctuel (commission d’intervention, agios) si vous parvenez à faire comprendre qu’il s’agit d’un simple oubli, et non d’un problème financier structurel.

>> Notre service - Réalisez jusqu’à 300 euros d’économies par (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite