La bourse ferme dans 2 h 4 min
  • CAC 40

    7 007,36
    +169,40 (+2,48 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 172,68
    +94,42 (+2,32 %)
     
  • Dow Jones

    34 297,73
    -66,77 (-0,19 %)
     
  • EUR/USD

    1,1296
    -0,0010 (-0,09 %)
     
  • Gold future

    1 839,30
    -13,20 (-0,71 %)
     
  • BTC-EUR

    34 028,19
    +1 200,22 (+3,66 %)
     
  • CMC Crypto 200

    884,43
    +63,84 (+7,78 %)
     
  • Pétrole WTI

    86,45
    +0,85 (+0,99 %)
     
  • DAX

    15 476,97
    +353,10 (+2,33 %)
     
  • FTSE 100

    7 506,39
    +134,93 (+1,83 %)
     
  • Nasdaq

    13 539,29
    -315,83 (-2,28 %)
     
  • S&P 500

    4 356,45
    -53,68 (-1,22 %)
     
  • Nikkei 225

    27 011,33
    -120,01 (-0,44 %)
     
  • HANG SENG

    24 289,90
    +46,29 (+0,19 %)
     
  • GBP/USD

    1,3510
    +0,0004 (+0,03 %)
     

Les publicités automobiles devront promouvoir la marche à pied et le vélo dès 2022

·2 min de lecture

A partir du 1er mars 2022, les constructeurs automobiles devront afficher sur leurs publicités des messages promouvant le covoiturage, les transports en communs, le vélo et la marche à pied.

"Ne mangez pas trop gras, trop sucré, trop salé", "l'abus d'alcool est dangereux pour la santé", "fumez tue"… Bientôt, un nouveau slogan va rejoindre ceux que nous connaissons déjà par cœur. A partir du 1er mars 2022, les constructeurs automobiles seront obligés de faire apparaître dans leurs publicités des messages promouvant des moyens de transports plus respectueux de l'environnement. "Pensez à covoiturer", "Pour les trajets courts, privilégiez la marche ou le vélo" et "Au quotidien, prenez les transports en commun" seront affichés dans les spots TV et cinéma, les journaux, les panneaux publicitaires et même les annonces radiophoniques. Sur les supports visuels, il sera accompagné du mot-dièse "#SeDéplacerMoinsPolluer."

Une décision qui n'a pas été prise unilatéralement par le gouvernement, comme l'explique François Roudier, porte-parole de la Plateforme française automobile (PFA). "Nous avons travaillé avec les pouvoirs publics dès 2019 sur la question. Nous avons réussi à obtenir du ministère que les messages ne soient pas culpabilisants pour les automobilistes qui ne peuvent pas faire autrement." Les constructeurs qui ne répondront pas à cette obligation après le 1er mars 2022 risqueront une mise en demeure, suivie d'une amende d'un montant qui pourra aller jusqu'à 50.000 euros par diffusion, et même jusqu'à 100.000 euros en cas de nouveau manquement. Cette réglementation, , prendra effet au même moment que celle obligeant les constructeurs automobiles à afficher dans les publicités la classe d'émission de CO2 du véhicule promu, .

Moindre mal pour le secteur

Ces messages sont en réalité un moindre mal pour un secteur automobile déjà mal en point frappé par ou encore l'. Les ONG, elles, réclament depuis longtemps une interdiction totale de la publicité automobile, (qui pèse lui-même ). "Je prends acte, on va s'adapter. Avoir des solutions de mobilité à zéro émission, c'est le sens de l'histoire, déclare à l'AFP le PDG d'Hyundai en France Lionel French Keogh[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles