La bourse ferme dans 44 min

Publicité : Pornhub lâché par les grandes marques

Les grandes marques n'osent plus faire de pub sur Pornhub. Même s'il est l'un des sites de vidéos pornographiques les plus visités du monde, cette forte fréquentation ne suffit plus à convaincre les grandes marques d'y faire de la publicité. Elles craignent d'être associées à des contenus à la légalité douteuse. Le groupe, basé physiquement à Montréal au Canada et fiscalement au Luxembourg, et qui s'est fixé pour but de banaliser le porno, a profité d'une plus grande tolérance pour la pornographie pour attirer les annonceurs.

Mais ce capital confiance semble s'éroder à la suite de révélations dans le journal britannique The Sunday Times, qui affirme avoir trouvé sur la plateforme des contenus illégaux, dont des vidéos de pédo-pornographie. Environ 47 cas de contenus sexuels impliquant des enfants ont été trouvés sur Pornhub depuis janvier 2019 par l'ONG britannique Internet Watch Foundation. En deux ans, les vidéos pédo-pornographiques ont explosé de 62% sur la plateforme, selon l'IWF, qui a alerté le site pour faire retirer ces contenus. Ces révélations ont incité des grands groupes, qui surfaient sur la vague du porno "cool", à prendre leurs distances.

Unilever et Kraft Heinz ont eu peur d'être éclaboussés par un scandale

Les groupes agroalimentaires Unilever et Kraft Heinz, aux marques emblématiques, qui avaient acheté des espaces publicitaires sur Pornhub cette année, ont eu peur de se trouver éclaboussés par un scandale. "Nous allons nous assurer qu'aucune de nos marques ne diffusera encore un spot publicitaire sur Pornhub ou sur un quelconque site porno", a déclaré une porte-parole d'Unilever.

Kraft Heinz avait joué sur la notion de "food porn", un phénomène consistant à poster des photos de nourriture sur les réseaux sociaux, pour promouvoir Devour, sa marque américaine de produits congelés sur Pornhub. "La marque parlait explicitement de la food porn, qui était devenue un phénomène culturel sur Instagram", a défendu une porte-parole. S'il n'est pas interdit ou

(...) Cliquez ici pour voir la suite