La bourse ferme dans 1 h 55 min

Publicis attaqué par un de ses employés pour avoir simulé un attentat terroriste

Le 6 juin 2018, Guillaume Delmas était sur son lieu de travail, dans les bureaux de Publicis, lorsqu'un homme en tenue paramilitaire a surgi, armé d'une kalachnikov. L'employé est "complètement paniqué" et prend la fuite. Il ne savait pas que l'arme était fausse et que la mise en scène était un entraînement. Angoisses, cauchemars, nuits blanches... quelques jours plus tard, il craque. Et cela peut se comprendre : il est rescapé de l'attentat terroriste du Bataclan, le 13 novembre 2015. Aujourd'hui, il attaque Publicis en justice, rapporte Libération.

>> À lire aussi - Natacha Polony obtient une jolie indemnité d’Europe 1 aux prud’hommes

Depuis ce jour de juin 2018, l'employé n'a jamais pu revenir au travail, il est en arrêt maladie pour "trouble de stress post traumatique compliqué d'un épisode dépressif majeur". Le quadragénaire n'a jamais pu mettre derrière lui les événements du Bataclan, et l'attentat simulé dans les locaux de Publicis lui a fait remonter un tas de souvenirs plus que déplaisants. Selon ses confidences au quotidien, l'exercice a "fait sauter tous les points de suture qu'[il s'était] appliqués à [lui-même]". Depuis mai dernier, il est reconnu comme victime d'un accident du travail par la Sécurité sociale.

Un comportement "indigne" de la part de l'entreprise

Son employeur conteste et a déposé un recours. Selon lui, "la matérialité de l'accident, son caractère soudain et le lien de causalité entre le fait accidentel et les lésions ne sont pas démontrés". Les deux parties s'affrontent donc mardi 21 janvier devant le conseil des prud'hommes à Paris. Auprès de Libération, l'avocate du salarié dénonce un "comportement indigne" de la part de Publicis. Elle souhaite obtenir la résiliation judiciaire de son contrat de travail.

>> À lire aussi - Embouteillages aux prud’hommes de Bobigny

Guillaume Delmas, de son côté, attend autre chose de son employeur : "Je suis passé par de tels états, j'ai trop souffert... Je veux qu'ils présentent des excuses, qu'on ne puisse

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Blackrock s’allie avec la France et l’Allemagne face au réchauffement climatique
Mexique : une loterie lancée pour gagner l'avion présidentiel
Jean-Paul Gautier tire sa révérence, avec son dernier défilé haute couture
Voici la liste des 14 réacteurs nucléaires qui devraient fermer d’ici 2035
Le cri d'alarme des agents de Bercy, gagnerez-vous à changer de banque ? Le flash éco du jour