La bourse ferme dans 16 min
  • CAC 40

    6 263,86
    +53,31 (+0,86 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 012,70
    +36,29 (+0,91 %)
     
  • Dow Jones

    34 083,64
    -53,67 (-0,16 %)
     
  • EUR/USD

    1,2024
    -0,0016 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    1 783,90
    -9,20 (-0,51 %)
     
  • BTC-EUR

    45 268,14
    -1 193,34 (-2,57 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 273,75
    +30,69 (+2,47 %)
     
  • Pétrole WTI

    61,59
    +0,24 (+0,39 %)
     
  • DAX

    15 313,03
    +117,06 (+0,77 %)
     
  • FTSE 100

    6 923,94
    +28,65 (+0,42 %)
     
  • Nasdaq

    13 975,06
    +24,84 (+0,18 %)
     
  • S&P 500

    4 172,79
    -0,63 (-0,02 %)
     
  • Nikkei 225

    29 188,17
    +679,62 (+2,38 %)
     
  • HANG SENG

    28 755,34
    +133,42 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,3840
    -0,0092 (-0,66 %)
     

La pub 2.0 est morte, vive la 3.0 !

·2 min de lecture

Entérinée par le RGPD, la fin des cookies publicitaires va profiter au géant Google, mais aussi aux acteurs de la publicité sémantique ciblée.

Finis les cookies. Nous ne parlons évidemment pas ici des délicieux biscuits, mais des traceurs enregistrés par les navigateurs à chaque connexion sur un site Web pour suivre le parcours de ses utilisateurs. C’est aussi la fin des sites qui exploitent les données à tout va pour imposer aux internautes de la publicité ciblée sans leur accord. Depuis ce 1er avril, en France, les sites d’information et les plateformes d’e-commerce devront en effet demander à chaque internaute son consentement, matérialisé par un « acte positif clair », par exemple une bannière avec un bouton « tout accepter ». Une conséquence de l’entrée en vigueur du Règlement général sur la protection des données (RGPD) en 2018 et de la fin du moratoire de la Cnil, qui a laissé un an aux entreprises pour appliquer ses recommandations avant sanction.

Exit les données individuelles...

Ce changement devrait secouer l’industrie de la publicité programmatique, c’est-à-dire le système d’enchères publicitaires en temps réel qui utilise l’hyperciblage des internautes en leur proposant des publicités pour des articles recherchés les jours précédents. Des interfaces comme Criteo ou AppNexus ont longtemps misé sur cette façon de faire de la publicité. « Cela pourrait avoir un impact sur la monétisation des sites et notamment la mesure du capting, qui prend en compte le nombre de fois que l’on peut montrer la même annonce publicitaire à un internaute », rappelle Nicolas Rieul, président de l’IAB (Interactive Advertising Bureau), organisation professionnelle des acteurs de la publicité digitale. Les médias gratuits en ligne ont d’abord été effrayés par ce changement, persuadés de perdre la moitié des données personnelles de leurs utilisateurs. Mais une première étude réalisée par Mindmedia le 29 mars auprès de douze éditeurs révèle que le taux de consentement attendu reste de 70 à 90 %.

« Cette nouvelle législation est très incertaine pour le futur de la publicité en ligne et risque de renforcer les acteurs domin[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi