La bourse ferme dans 8 h 27 min

Comment PSA siphonne les cerveaux de Renault

Son e-mail d’adieu, Arnaud Debœuf ne l’avait destiné qu’à quelques collaborateurs, des proches pour la plupart, rencontrés au gré de ses vingt-six ans de carrière au sein de Renault. Mais, début septembre, la missive que Capital s’est procurée et qui est titrée d’un sobre «Au revoir» a fait l’effet d’un missile. «Thierry Bolloré (le directeur général de Renault, NDLR) m’a déclaré que personne ne voulait travailler avec moi», écrit le dirigeant, avant d’annoncer son départ pour le rival PSA. La nouvelle s’est répandue comme une traînée de poudre dans le groupe, du siège de Billancourt au Techno centre de Guyancourt, puis de Flins-sur-Seine à Sandouville, en passant par Tokyo et Togliatti, en Russie. Ces mots ont alors provoqué la colère froide du nouveau président de Renault, Jean-Dominique Senard, et de son ex-numéro 2, Thierry Bolloré. «Le geste d’Arnaud a été particulièrement inélégant !», s’agace-t-on dans leur entourage, en précisant que l’intéressé a été limogé cet été «avec neuf mois de salaire».

Si ce bye-bye a fait autant de bruit, c’est d’abord parce qu’Arnaud Debœuf n’était pas n’importe qui. Ce polytechnicien, «Renault boy» depuis sa sortie d’école d’ingénieurs en 1993, a un temps figuré dans la short-list des cadres qui pouvaient espérer un jour diriger l’entreprise. Pour nombre de collaborateurs, le voir grossir les rangs de ceux qui, ces derniers mois, sont passés de Renault à PSA est un crève-cœur. «La fuite des cerveaux commence à être inquiétante», s’alarme le délégué central CGT, Fabien Gâche, qui n’est pourtant pas tendre avec les cadres. Depuis quelques mois, une demi-douzaine de brillants éléments ont franchi le Rubicon. Et toujours dans le même sens.

Des départs en série depuis le limogeage de Carlos Tavares

Soyons juste : c’est Carlos Ghosn lui-même qui a favorisé ce mercato quand il a limogé, en 2013, Carlos Tavares, son adjoint. Ce dernier avait à ses yeux commis l’impardonnable, en avouant tout haut son ambition de devenir numéro 1 d’un grand

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Renault : les différents scénarios de l’après-Bolloré
Automobile : bond des immatriculations en Europe, les ventes de Renault s’envolent
PSA et Fiat-Chrysler dévoilent les contours de leur fusion
Interdiction de détruire les invendus : comment les marques s'organisent
Et si les futures électriques de PSA-Fiat embarquaient des batteries Tesla