La bourse est fermée

Prothèse de main : vers des mains robotiques plus intelligentes ?

Julien Hernandez, Rédacteur scientifique
1 / 2

Prothèse de main : vers des mains robotiques plus intelligentes ?

Alex Caldas, enseignant-chercheur responsable de la nouvelle majeure Biomécanique et robotique médicale à l'école ESME Sudria, a bien voulu répondre aux questions de Futura à propos du projet qu'il dirige concernant l'élaboration d'une prothèse de main intelligente, commandée par électroencéphalogramme. 

Alex Caldas, dites-nous dans quel contexte a émergé l'idée du projet de développement de cette prothèse de main ? 

Alex Caldas : En fait, de 2013 à 2016, j’étais doctorant au CEA LIST (Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives) et ma thèse portait sur les préhenseurs pluridigitaux robotiques (mains robotiques). Depuis 2016, je suis enseignant-chercheur à l’école d’ingénieur ESME Sudria où je poursuis mes activités de recherche sur le thème des mains robotiques et plus récemment, j’ai pris la responsabilité de la majeure « Biomécanique et robotique médicale ». Le thème des mains robotiques allié au domaine du médical m’a logiquement amené à m’intéresser aux prothèses de main robotique.

Après avoir fait une recherche des produits disponibles sur le marché, de l’état de l’art (l'état des connaissances) dans le domaine de la recherche et des points empêchant la démocratisation des prothèses de main robotique, j’ai eu l’idée suivante : développer une prothèse de main commandée par un casque EEG suite à un entraînement par réalité virtuelle.

Ce qu'il faut bien comprendre, c'est qu'il existe différentes problématiques actuellement concernant les prothèses de main dont deux principales :

  • La commande de la prothèse, c’est-à-dire comment détecter l’intention du patient. Plusieurs technologies existent et nous nous sommes orientés vers les capteurs EEG qui mesurent l’activité cérébrale. Cette technologie est assez exigeante à mettre en œuvre et c’est un vrai défi de vouloir commander une main robotique à partir des signaux fournis par des capteurs EEG, mais on pense que ce serait la manière la plus naturelle et agréable pour un patient puisqu’il...

> Lire la suite sur Futura