La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 847,95
    -268,45 (-0,76 %)
     
  • Nasdaq

    14 768,32
    +7,03 (+0,05 %)
     
  • Nikkei 225

    27 584,08
    -57,75 (-0,21 %)
     
  • EUR/USD

    1,1844
    -0,0024 (-0,20 %)
     
  • HANG SENG

    26 426,55
    +231,73 (+0,88 %)
     
  • BTC-EUR

    33 190,22
    +766,58 (+2,36 %)
     
  • CMC Crypto 200

    968,74
    +41,97 (+4,53 %)
     
  • S&P 500

    4 407,81
    -15,34 (-0,35 %)
     

Pour protester contre le sous-effectif, des magasins Monoprix se mettent en grève

·1 min de lecture

Ce vendredi, plusieurs magasins Monoprix ont connu une journée un peu spéciale. Et pour cause, le groupe était en grève pour protester contre le sous-effectif flagrant parmi les salariés. "Ce mouvement, décidé au dernier moment, est une très belle réussite avec 25 magasins en grève", s'est félicité Marie-Christine Aribart, déléguée centrale CGT (2e syndicat, 37%). "On voulait cibler les magasins des grandes villes."

"Suite à un appel à la grève de la CGT, non suivi par les autres organisations syndicales, quelques collaborateurs d'une minorité de magasins y ont répondu pendant quelques heures", a indiqué de son côté la direction de Monoprix. "L'ensemble de nos magasins sont restés ouverts et ont continué d'accueillir nos clients."

Monoprix compte 314 magasins en France, mais la CGT est présente dans seulement 150 d'entre eux. Les magasins de Rennes, Toulouse, Nation, La Canebière ou Lyon ont ainsi été perturbés par des salariés présents à l'intérieur pour expliquer leurs conditions de travail aux clients et leur proposer de signer une pétition. "À Rennes, il y avait 50 grévistes environ et seulement six personnes qui ont continué le travail", assure ainsi Mme Aribart, employée en Ille-et-Vilaine.

A lire aussi - Monoprix : des élus CGT accusés de blocage condamnés par la justice

"Depuis plusieurs mois les conditions de travail se sont fortement dégradées, imposant une charge de travail quasi équivalente" à la période d'avant la crise, "à un nombre de salariés plus restreint", explique (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Pourquoi le Uber chinois est visé par une enquête par Pékin
Un avion cargo Boeing 737 de Transair obligé de se poser sur l’eau à Hawaï
Lagardère vend à Paris le fonds de commerce du Bataclan
Le n°1 de Mitsubishi Electric tire sa révérence, après un scandale qui risque d'"endommager considérablement la confiance dans l'industrie du Japon"
Bière : Ninkasi se sépare de son site historique

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles