Publicité
La bourse ferme dans 30 min
  • CAC 40

    7 657,51
    -49,38 (-0,64 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 930,60
    -20,38 (-0,41 %)
     
  • Dow Jones

    39 216,32
    -194,89 (-0,49 %)
     
  • EUR/USD

    1,0704
    -0,0032 (-0,30 %)
     
  • Gold future

    2 338,40
    -6,00 (-0,26 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 672,62
    +579,71 (+1,02 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 284,72
    +35,60 (+2,85 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,46
    -0,17 (-0,21 %)
     
  • DAX

    18 172,22
    -153,36 (-0,84 %)
     
  • FTSE 100

    8 251,19
    -30,36 (-0,37 %)
     
  • Nasdaq

    17 630,24
    +133,42 (+0,76 %)
     
  • S&P 500

    5 457,78
    +9,91 (+0,18 %)
     
  • Nikkei 225

    39 173,15
    +368,50 (+0,95 %)
     
  • HANG SENG

    18 072,90
    +45,19 (+0,25 %)
     
  • GBP/USD

    1,2673
    -0,0015 (-0,12 %)
     

Protéger nos protéines pour prévenir le vieillissement : une piste prometteuse ?

Ainsi, le secret de la robustesse de cette bactérie extrêmophile dépend de la robustesse de son « protéome » – l'ensemble de ces protéines – et notamment de ses protéines de réparation de l'ADN. Ceci suggère un nouveau paradigme : pour augmenter la longévité, et notamment celle des humains, c'est le protéome – plus que l'ADN – qu'il nous faut protéger. En effet, la survie de l'organisme dépend de l'activité de ses protéines.