La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 097,21
    +1,22 (+0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 178,01
    +4,03 (+0,10 %)
     
  • Dow Jones

    33 978,08
    +28,67 (+0,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0874
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 927,60
    -2,40 (-0,12 %)
     
  • BTC-EUR

    21 454,57
    +143,47 (+0,67 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,66
    +9,65 (+1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,38
    -1,63 (-2,01 %)
     
  • DAX

    15 150,03
    +17,18 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 765,15
    +4,04 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    11 621,71
    +109,30 (+0,95 %)
     
  • S&P 500

    4 070,56
    +10,13 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 382,56
    +19,81 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    22 688,90
    +122,12 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,2395
    -0,0012 (-0,10 %)
     

Ces propriétaires locatifs perdus face à l'obligation de rénovation

ROMAIN DOUCELIN / SIPA/SIPA

Qui sont les bailleurs privés, ces ménages qui mettent en location un logement? Pointés pour certains du doigt pour mettre en location des "passoires thermiques" que l'Etat les force à retirer du marché, ces particuliers souvent modestes s'avèrent assez désemparés devant la falaise législative qui les menace.

Ça y est: depuis le 1er janvier, les logements qui ont un diagnostic de performance énergétique (DPE) classé G ou inférieur sont interdits à toute nouvelle location. Cela concernera à terme 190.000 logements. Mais en retirant du marché ces "passoires thermiques", la tension sur les locations, qui a déjà fortement augmenté en quelques mois, va encore s'accentuer. Et va impacter directement les propriétaires bailleurs, qui logent un quart des Français, davantage que le logement social. Des bailleurs privés plutôt modestes qui sont, on va le voir grâce à une étude du groupe BPCE, un peu désemparés devant le mur des obligations qui s'abattent sur eux...

Lire aussiImmobilier: comment investir dans un studio autofinancé

Un marché en sur-tension

Aujourd’hui, il manque environ 1,5 million de locations sur le marché immobilier et cela ne devrait pas s’améliorer: en plus de 190.000 locations classées G exclues progressivement du marché, d’autres exclusions, pour les logements classés F et E, sont prévues en 2028 et 2034. Au total, ce seraient environ 5 millions de logements qui seront retirés du marché. "Cela promet des situations difficiles", pointe Alain Tourdjman, directeur des études et prospective du pôle finance et stratégie du groupe BPCE, qui estime probable un ajustement des objectifs publics. Avec au centre de tout ce dispositif, mais complètement négligés par les pouvoirs publics, les propriétaires privés…

L'impact de ces nouvelles règlementations se fait déjà sentir sur la tension locative. Au niveau de la France, le volume d'offres de biens à louer a déjà baissé au global de 10% sur un an selon le site d’annonces Bienici, alors que la demande explose. Cette "tension locative", qui mesure le rapport entre le nombre de contacts par annonce et le nombre d’annonces disponibles, a doublé l’an dernier (+106%) en région Provence-Alpes-Côte d'Azur et en Corse (+92%) et a augmenté de 72% en Ile-de-France, de 80% en Occitanie et de 78% dans les Hauts-de-France!

"Ces gens[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi