La bourse est fermée
  • Dow Jones

    35 227,03
    +646,95 (+1,87 %)
     
  • Nasdaq

    15 225,15
    +139,68 (+0,93 %)
     
  • Nikkei 225

    27 927,37
    -102,20 (-0,36 %)
     
  • EUR/USD

    1,1287
    -0,0031 (-0,27 %)
     
  • HANG SENG

    23 349,38
    -417,31 (-1,76 %)
     
  • BTC-EUR

    43 553,77
    +167,50 (+0,39 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 273,23
    +13,07 (+1,04 %)
     
  • S&P 500

    4 591,67
    +53,24 (+1,17 %)
     

Le propriétaire d'Ascoval renonce à transférer de l'activité en Allemagne

·2 min de lecture

Le propriétaire allemand de l'emblématique usine Ascoval de Sainte-Saulve (Nord) a renoncé à transférer une partie de son activité en Allemagne, a annoncé jeudi soir Bercy après s'être mobilisé pour éviter un revers à cinq mois de l'élection présidentielle.

A l'issue d'une réunion jeudi soir faisant suite à plusieurs autres rencontres, "Saarstahl a indiqué son accord pour renoncer à son projet de transfert d'activité d'Ascoval vers son site allemand", a indiqué à l'AFP le cabinet de la ministre déléguée chargée de l'Industrie, Agnès Pannier-Runacher. Cette annonce semble refermer une séquence de deux jours dans laquelle s'est engouffrée l'opposition.

Mercredi, les représentants des syndicats CGT et CFDT du site racheté il y a quatre mois par Saarstahl, groupe sidérurgique allemand, avaient affirmé que l'aciérie pourrait voir 40% de sa production temporairement transférée en Allemagne. En cause: la hausse des prix de l'électricité qui alimente le site à la pointe en matière environnementale.

Saarstahl n'avait pas confirmé, affirmant n'avoir pris "aucune décision", mais reconnu qu'il étudiait des "options temporaires" pour "limiter les effets négatifs" de cette hausse, quand ses hauts fourneaux en Allemagne tournent au charbon, bien moins cher. Le gouvernement avait rapidement réagi, après plusieurs années de mobilisation pour sauver le site et encore un récent prêt de 20 millions d'euros en début d'année pour payer les salaires.

Le ministre de l'Économie Bruno Rappelant qu'il s'était "battu avec beaucoup d'énergie" pour sauver cette usine employant 270 salariés et produisant des barres d'acier dédiées à la fabrication de rails, notamment pour la SNCF, et lui trouver un repreneur, il avait assuré que le gouvernement n'avait pas l'intention de "la laisser tomber". "Nous travaillons à des solutions", avait-il ajouté.

Lire aussi

A en croire Bercy, le branle-bas de combat a même débuté il y a "plusieurs semaines" pour alléger les coûts des entreprises touchées par la hausse des prix de l'énergie, avec notamment l'annonce début novembre d'une aide aux entreprises les plus consommatrices d'électricité, dont Ascoval.

Délocalisation "scandaleuse"

Les réactions politiques n'avaient pas tardé, en pleine pré-campagne électorale, [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles