La bourse est fermée
  • Dow Jones

    29 602,86
    +877,35 (+3,05 %)
     
  • Nasdaq

    10 854,67
    +279,05 (+2,64 %)
     
  • Nikkei 225

    26 215,79
    +278,58 (+1,07 %)
     
  • EUR/USD

    0,9820
    +0,0019 (+0,20 %)
     
  • HANG SENG

    17 079,51
    -143,32 (-0,83 %)
     
  • BTC-EUR

    19 983,28
    +281,58 (+1,43 %)
     
  • CMC Crypto 200

    445,33
    +9,97 (+2,29 %)
     
  • S&P 500

    3 692,24
    +106,62 (+2,97 %)
     

Cette proposition de loi de la droite pour encadrer l’allocation de rentrée scolaire suscite l’indignation

Déposée au cœur de l’été, cette proposition de loi entretient l’idée d’une allocation dévoyée. Ce qui est faux.

POLITIQUE - C’est un sujet sur lequel la droite ne manque pas de constance et qui provoque (encore) son lot de réactions indignées. Comme nous l’expliquions mardi 16 août, le fantasme d’une allocation de rentrée scolaire qui serait considérablement détournée pour acheter autre chose que des fournitures a, comme chaque été, ressurgi à la faveur de son versement.

Au point que des députés LR sont allés jusqu’à déposer une proposition de loi pour offrir cette aide en nature, et non en espèces sonnantes et trébuchantes.

Enregistré à l’Assemblée nationale le 4 août, ce texte, « visant à encadrer l’utilisation de l’allocation de rentrée scolaire et à lutter contre la fraude », affirme en effet que « l’affectation réelle » de la somme versée par l’État aux allocataires « demeure inconnue des pouvoirs publics dans la mesure où elle reste à la discrétion des familles des bénéficiaires ».

« Salauds de pauvres »

Cette initiative parlementaire, menée notamment par le député LR Pierre-Henri Dumont, fait bondir, ce mercredi 17 août. « Ceux qui ont refusé de taxer les superprofits, de conditionner les aides aux entreprises s’en prennent maintenant aux plus pauvres, au cœur des vacances. Logique. Indigne », a tweeté le député de la NUPES Benjamin Lucas.

« Heureusement, on peut toujours compter sur Les Républicains en mal de nouvelles idées, pour poser une PPL en plein mois d’août, afin de lutter contre tous ces mauvais pauvres qui utilisent mal leurs allocations de rentrée », a ironisé la députée LREM Maud Bergeon.

« S’il y a bien une valeur sûre chez Les Républicains c’est bien leurs attaques systématiques de ces salauds de pauvres qui ne savent pas gérer leurs allocations et qui profiteraient de la solidarité nationale », a renchéri le sénateur macroniste Xavier Iacovelli, tout comme le parti Territoire de progrès, représentant l’aile gauche de la majorité et présidé par le ministre Olivier Dussopt :

Pour rappel, les études sur le sujet montrent que les fraudes liées à l’ARS sont infimes. « La quasi-totalité (99 %) des bénéficiaires ont acheté des fournitures scolaires et 95 % des vêtements », notait la CNAF dans une étude portant sur l’année 2013.

Ce qui n’empêche cette légende urbaine de revenir inexorablement. L’an dernier, c’était le ministre de l’Éducation nationale en personne, Jean-Michel Blanquer, qui donnait dans ce registre (au prix d’une polémique divisant son propre camp). À l’été 2020, c’était (déjà) Pierre-Henri Dumont et ses collègues de droite qui remettaient une pièce dans la machine.

Le député LR du Pas-de-Calais avait en effet déposé une proposition de loi intitulée exactement de la même façon. Dès 2008, le député UMP Édouard Courtial faisait de cette fable son cheval de bataille. « Il ne s’agit pas d’acheter des télés avec l’Allocation de rentrée scolaire », disait-il déjà. Si de nombreuses années se sont écoulées, les obsessions infondées d’une partie de la droite sont restées intactes.

Lire aussi

Face aux rodéos urbains, Darmanin veut au moins 3 contrôles par jour par commissariat

Aymeric Caron reprend Francis Cabrel pour faire interdire les corridas

VIDÉO - L'Assemblée nationale adopte le projet de loi sur le pouvoir d'achat après quatre jours de débats houleux