La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 638,46
    -63,52 (-0,95 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 158,51
    -36,41 (-0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 798,00
    +33,18 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1718
    -0,0029 (-0,25 %)
     
  • Gold future

    1 750,60
    +0,80 (+0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    35 246,27
    -702,57 (-1,95 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 067,20
    -35,86 (-3,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,95
    +0,65 (+0,89 %)
     
  • DAX

    15 531,75
    -112,22 (-0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 051,48
    -26,87 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    15 047,70
    -4,54 (-0,03 %)
     
  • S&P 500

    4 455,48
    +6,50 (+0,15 %)
     
  • Nikkei 225

    30 248,81
    +609,41 (+2,06 %)
     
  • HANG SENG

    24 192,16
    -318,82 (-1,30 %)
     
  • GBP/USD

    1,3681
    -0,0040 (-0,29 %)
     

Les propos anti-européens de Michel Barnier consternent Bruxelles

·2 min de lecture

Les propos tenus par l'ex-négociateur du Brexit jeudi 9 septembre aux journées parlementaires LR sur la politique migratoire ont stupéfié les milieux européens. Le candidat à la présidentielle en France semble prêt à remettre en cause les règles de justice au fondement de l’Union européenne.

Qu’on apprécie ou pas Michel Barnier, il ne faisait aucun doute jusqu'ici que le Français, par deux fois commissaire, était un Européen convaincu, lui qui avait mené à terme, au nom des Vingt-Sept, les très difficiles négociations sur le Brexit avec Londres. C'est pourquoi les propos du même Michel Barnier, , jeudi 9 septembre lors des journées parlementaires de ce parti à Nîmes ont semé la consternation parmi ses plus fidèles soutiens.

"Il faut retrouver notre souveraineté juridique" sur la question des migrations, a-t-il lancé, et ne pas être "menacés en permanence d’un arrêt ou d’une condamnation de la Cour de justice européenne ou de la Convention des droits de l’homme, ou d’une interprétation de notre propre institution judiciaire". En substance, a résumé sa formation politique dans un tweet, Michel Barnier ne veut plus que les Français soient "soumis aux arrêts de la Cour de justice de l’Union européenne ou de la Cour européenne des droits de l’homme". Cette remise en cause inattendue des règles et de la justice européenne a déclenché la colère de très nombreux européistes car ce que veut faire Michel Barnier revient tout simplement à s'exonérer des traités européens et internationaux.

L'obsession d'une nécessaire reprise en main de la politique migratoire "incontrôlée" de la France n'est pas nouvelle chez ce gaulliste social. Mais de là à mettre en cause la justice européenne, le propos a choqué. Il propose concrètement de mettre en place un "moratoire de trois à cinq ans" durant lequel les autorités donneraient un coup de frein aux régularisations "inconditionnelles", au regroupement familial, à la délivrance des visas long séjour, pour mettre "un coup d'arrêt aux dérives, au laisser-aller" . Il appelle à un référendum portant sur un "contrôle parlementaire sur les quotas d'immigrés", et "un bouclier constitutionnel" pour "retrouver notre liberté de manoeuvre". L'enjeu de ce processus serait de "garantir que les dispositions prises ne pourront être écartées [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles