Marchés français ouverture 8 h 10 min
  • Dow Jones

    35 258,61
    -36,15 (-0,10 %)
     
  • Nasdaq

    15 021,81
    +124,47 (+0,84 %)
     
  • Nikkei 225

    29 025,46
    +474,56 (+1,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,1616
    +0,0015 (+0,13 %)
     
  • HANG SENG

    25 409,75
    +78,75 (+0,31 %)
     
  • BTC-EUR

    53 225,57
    +216,20 (+0,41 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 430,53
    -21,11 (-1,45 %)
     
  • S&P 500

    4 486,46
    +15,09 (+0,34 %)
     

Projet de “Zone apaisée" dans Paris en 2022: une galère pour les VTC?

·2 min de lecture

D’ici au deuxième semestre 2022, la mairie de Paris veut restreindre le passage de certains véhicules dans l’hypercentre parisien. Pour l’instant, les chauffeurs VTC ne font pas partie des véhicules autorisés.

“Et si on libérait l’espace public au profit de ceux qui en ont vraiment besoin?” Voici comment est introduit afin de limiter la circulation dans le centre de la capitale. Après l’initiative , la mairie a confirmé qu’elle voulait bel et bien introduire une “zone de trafic limité” pour le second semestre 2022 .

Concrètement, dans les 1er, 2e, 3e et 4e arrondissements, et certaines rues des 5e, 6e et 7e arrondissements, le trafic de transit deviendrait interdit. Seuls les Grands Boulevards et Boulevard Saint-Germain seraient ouverts à la “circulation générale”. Impossible donc de circuler dans le centre de Paris si on ne s’y arrête pas. Évidemment, des exceptions existent pour certains véhicules, notamment pour les habitants de cette zone, ainsi que pour les transports en commun, les artisans et les taxis. Mais quid des VTC? S'il sera donc toujours possible pour les VTC de prendre et de déposer des clients par l’hypercentre de la capitale, en revanche, impossible de simplement traverser la zone sous peine de sanctions.



“Comment vont-ils arriver à contrôler ça?”

“Ça n’a aucun sens, comment vont-ils arriver à contrôler ça”, s’agace Brahim Ben Ali, secrétaire général de l’intersyndicale nationale des VTC. Très remonté, il dénonce la position de la mairie qui ne semble pas avoir de solution. Pour lui, David Belliard, adjoint chargé des transports, est “à côté de la plaque” sur la question des VTC. “Ils n’ont pas de solution à nous proposer. Pire, ils attendent que la solution vienne de nous.” Pour lui, il revient aux plateformes de VTC, comme Uber ou Heetch, de réguler le nombre de chauffeurs présents par zone. "La mairie veut faire la guerre aux plateformes, et nous les chauffeurs, sommes entre les deux." Il prévient: “qu’ils mettent une interdiction, on attaquera au Conseil d’État.

Sylvain Boyé, chauffeur VTC depuis trois ans, se montre aussi très critique sur la position de la mairie de Paris “On dirait qu’il y a du favoritisme vis-à-vis des taxis”, qui eux sont po[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles