La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 099,81
    +512,15 (+1,52 %)
     
  • Nasdaq

    13 124,13
    +92,45 (+0,71 %)
     
  • Nikkei 225

    27 448,01
    -699,50 (-2,49 %)
     
  • EUR/USD

    1,2076
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    27 718,67
    -512,37 (-1,81 %)
     
  • BTC-EUR

    40 142,25
    -5 255,29 (-11,58 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 310,37
    -77,53 (-5,59 %)
     
  • S&P 500

    4 118,59
    +55,55 (+1,37 %)
     

Le projet de réorganisation d'EDF peut être "amélioré", assure Bruno Le Maire

·2 min de lecture

Le projet de réorganisation d'EDF peut être "amélioré" et "toutes les idées constructives sont les bienvenues", a déclaré jeudi le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire.

Le ministre doit recevoir les syndicats les uns après les autres "dès la semaine prochaine", après une première présentation la semaine dernière aux côtés de la ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili.

"Pas pour leur présenter un projet qui serait à prendre ou à laisser, ce n'est pas ma conception de la discussion, de la négociation", a assuré M. Le Maire à des journalistes, en marge d'un déplacement consacré au nucléaire dans le Val d'Oise, en région parisienne.

"Pour leur présenter un projet qui peut être amélioré. Toutes les propositions, toutes les idées constructives sont les bienvenues. Il y a une seule chose qui à mon sens n'est pas concevable pour EDF, c'est le statu quo", a-t-il ajouté.

L'interfédérale syndicale énergie et mines CGT, CFE-CGC, CFDT et FO s'était dite cette semaine "sidérée" par "l'inconsistance du projet gouvernemental" concernant la réorganisation d'EDF, détaillée dans une note qui leur a été remise en fin de semaine dernière.

Le projet prévoit qu'EDF, aujourd'hui détenu à 84% par l'Etat, soit réorganisé en trois entités pour lui permettre de se développer dans les énergies renouvelables, tout en assurant de lourds investissements dans le nucléaire.

Il nécessite également le feu vert de Bruxelles sur des questions de concurrence.

"Nous poursuivons les discussions avec la Commission européenne, nous avons des lignes rouges qui ne sont pas négociables. La première de ces lignes rouges c'est l'unité d'EDF", a souligné M. Le Maire.

"Cette unité se traduit par des choses très concrètes que nous discutons, notamment les flux financiers entre les différentes activités d'EDF" et "nous verrons avec la Commission européenne si nous parvenons à trouver ou non un accord", a ajouté le ministre.

jmi/ico/sr