La bourse ferme dans 7 h 22 min

Projet de loi retraite : “Je n’ai jamais vu un texte aussi mal préparé”, tacle le sénateur René-Paul Savary

Capital : Le projet de loi retraite arrive au Sénat. Comment va s’organiser son examen ?

René-Paul Savary : D’abord, il y a une question de calendrier. Nous ne savons pas encore quand nous allons commencer l’étude en commission du texte. Initialement, elle est prévue à partir du 8 avril pour un débat en séance publique à partir du 20 avril. Mais nous avons demandé un report de calendrier de deux semaines. Nous voulons examiner ce texte lorsque nous aurons des certitudes par rapport à la remise à l’équilibre du régime. Or, la conférence de financement avec les partenaires sociaux qui doit régler la question se terminer fin avril. Nous voulons pouvoir analyser ces propositions et légiférer dans de bonnes conditions. À ma connaissance il y a une discussion entre le gouvernement et le Sénat sur cette possibilité de report. Mais nous n’avons pas encore le résultat officiel de cette demande. L’exécutif n’a pas fermé la porte mais il ne l’a pas ouverte en grand non plus.

Capital : Pourquoi vouloir attendre les conclusions de la conférence de financement ?

René-Paul Savary : Le système universel, lorsqu’il sera mis en place, sera en pilotage automatique. On jouera alors sur la valeur du point ou l’âge de départ en fonction des besoins de financement du régime. Ce principe ne peut fonctionner que s’il part avec un point d’équilibre à zéro. Si vous partez avec un déficit, cela veut dire que vous allez devoir emprunter pour le combler ou prendre directement dans les réserves.

Capital : Pour quelles raisons jugez-vous ce texte incompréhensible ?

René-Paul Savary : Depuis maintenant plus d’un an, je mène des auditions d’experts sur cette réforme et je me rends compte que l’interprétation du texte est différente d’un acteur économique à l’autre. Je n’ai jamais vu un texte aussi mal préparé. Ce qu’il ne faut pas oublier c’est que le système universel tel qu’il est conçu n’entrera réellement en vigueur que pour les générations nées à partir de 2004. D’après les projections, elles devront

(...) Cliquez ici pour voir la suite

BCE, Fed… “les banques centrales sont prises à leur propre piège”
En campagne et en arrêt maladie : les erreurs de Michèle Rubirola, la candidate de la gauche à Marseille
Le marché automobile chinois s’écroule à cause du coronavirus
Être maire d’une grande ville et toucher une allocation chômage, c’est possible
Éric Judor se lance dans un juteux business