La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,14
    +96,81 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,44
    +64,99 (+1,64 %)
     
  • Dow Jones

    34 382,13
    +360,68 (+1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    +0,0062 (+0,51 %)
     
  • Gold future

    1 844,00
    +20,00 (+1,10 %)
     
  • BTC-EUR

    41 036,70
    -90,07 (-0,22 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,33
    +39,77 (+2,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,51
    +1,69 (+2,65 %)
     
  • DAX

    15 416,64
    +216,96 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 043,61
    +80,28 (+1,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 429,98
    +304,99 (+2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 173,85
    +61,35 (+1,49 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,46 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,90 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4102
    +0,0050 (+0,36 %)
     

Projet de loi climat : "Nous ne sommes pas pour une écologie brutale", commente son rapporteur

franceinfo
·1 min de lecture

"Nous ne sommes pas pour une écologie brutale", défend dimanche 18 avril sur franceinfo Jean-René Cazeneuve, député LREM du Gers et rapporteur général du projet de loi "Climat et résilience", dont l'examen en première lecture à l'Assemblée s'est terminé samedi soir. Le vote aura lieu le 4 mai, et les écologistes ont déjà grandement critiqué ce texte.

franceinfo : On a l'impression que les signaux envoyés sont bons mais qu'on se laisse le temps d'agir ?

Jean-René Cazeneuve : Il y a quand même beaucoup de choses très concrètes dans cette loi, qui vont changer la vie des Français. Il y a aussi des échéances très précises : quand on dit qu'on interdit les passoires thermiques en 2028, on les interdit en 2028. Nous ne sommes pas pour une écologie brutale, d'une certaine manière. Il faut permettre aux entreprises de s'adapter, il faut permettre aux collectivités territoriales de s'adapter, il faut permettre aux Français de se former, d'accepter ces changements. Quand on regarde l'ensemble des lois que nous avons votées depuis le début de ce mandat, plus celle-là, on est sur l'objectif de réduction des gaz à effets de serre, tels que sont nos engagements vis-à-vis de l'Europe, à l'international et vis-à-vis des générations futures.

A-t-on le temps d'encore privilégier le volontariat ? Est-ce que la suppression de trois liaisons aériennes, c'est suffisant ?

La convention citoyenne proposait d'interdire toutes les liaisons aériennes en France quand il y avait une alternative en (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi