La bourse est fermée
  • Dow Jones

    31 481,02
    -19,66 (-0,06 %)
     
  • Nasdaq

    11 553,18
    -54,44 (-0,47 %)
     
  • Nikkei 225

    26 871,27
    +379,30 (+1,43 %)
     
  • EUR/USD

    1,0593
    +0,0035 (+0,33 %)
     
  • HANG SENG

    22 229,52
    +510,46 (+2,35 %)
     
  • BTC-EUR

    19 732,87
    -422,16 (-2,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    456,18
    -5,62 (-1,22 %)
     
  • S&P 500

    3 907,09
    -4,65 (-0,12 %)
     

Le projet de drone Taser pour protéger les écoles des tueurs de masse fait débat

Il est rare qu’une marque ou un objet devienne un nom commun, et c’est le cas de Taser dont le pistolet à impulsion électrique est devenu la référence du genre pour interpeller et neutraliser des individus dangereux. Il est ainsi utilisé et en vente libre dans 49 États des États-Unis.

Mais la marque américaine, connue sous le nom d’Axon, a d’autres projets en tête, et la récente tuerie dans une école d’Uvalde a permis de sortir des cartons un prototype de drone à impulsion électrique. Conçu pour l’instant sur ordinateur, ce drone de défense pourrait « aider à prévenir le prochain Uvalde, Sandy Hook ou Columbine » avait déclaré le P.-D.G. de la marque.

Dans une bande dessinée, le patron de Taser avait imaginé un drone autonome capable de neutraliser un assaillant. © Smith & Reihill
Dans une bande dessinée, le patron de Taser avait imaginé un drone autonome capable de neutraliser un assaillant. © Smith & Reihill

Objectif : une minute pour neutraliser un assaillant

Ce drone télécommandé serait « capable de neutraliser un tireur actif en moins de 60 secondes ». Un argument de poids quand on sait que le tueur d’Uvalde a pu rester pendant une heure dans l’école… et Axon serait ainsi en contact avec la police depuis six ans. L’idée serait d’équiper chaque établissement d’un ou plusieurs drones, postés dans des couloirs, et qu’une personne de l’établissement pourrait prendre en main en cas de problème grave, comme l’intrusion d’un individu armé.

Toutefois, ce projet n’a pas passé l’obstacle du comité d’éthique de l’entreprise puisque neuf des douze membres de cette commission ont démissionné en prenant connaissance du projet ! Ils craignent que ce drone, mis entre les mains de policiers, ne devienne une arme dangereuse de plus. Selon l’un des membres démissionnaires, ce serait « tout simplement dangereux et irresponsable », tandis que le comité estime de manière générale que ce projet « détourne la société des véritables solutions à un problème tragique ».

Rétropédalage

Confronté à ces démissions, le fondateur et P.-D.G. de la société, Rick Smith, a dû faire marche arrière : « Je veux être explicite : j'ai...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles