Marchés français ouverture 6 h 33 min
  • Dow Jones

    31 961,86
    +424,51 (+1,35 %)
     
  • Nasdaq

    13 597,97
    +132,77 (+0,99 %)
     
  • Nikkei 225

    30 149,50
    +477,80 (+1,61 %)
     
  • EUR/USD

    1,2162
    -0,0006 (-0,05 %)
     
  • HANG SENG

    29 718,24
    0,00 (0,00 %)
     
  • BTC-EUR

    41 688,06
    +2 577,47 (+6,59 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 015,74
    +0,83 (+0,08 %)
     
  • S&P 500

    3 925,43
    +44,06 (+1,14 %)
     

Le projet d'extension de l'aéroport de Roissy abandonné

·2 min de lecture

L'exécutif a décidé d'abandonner le projet d'extension de l'aéroport international de Roissy.

Le gouvernement a abandonné jeudi le projet controversé d'extension de l'aéroport international de Roissy via la construction d'un quatrième terminal, jugeant qu'il n'était "plus adapté aux enjeux actuels", une annonce qui a néanmoins suscité la méfiance des opposants à ce chantier colossal désormais mort-né.

Ce projet poursuivi par le gestionnaire des aéroports parisiens Groupe ADP, "n'a pas suffisamment fait la preuve de sa compatibilité avec les exigences croissantes en matière de réduction des impacts environnementaux du secteur aérien et n'intègre pas suffisamment le développement à venir de "l'avion vert", a expliqué le gouvernement dans un communiqué.

Le gouvernement demande donc à ADP, dont il est l'actionnaire majoritaire, "d'abandonner ce projet de terminal 4 (T4), qui n'est plus adapté aux enjeux actuels".

"Le Groupe ADP prend acte de cette demande", "l'une des conséquences de la crise du Covid-19" qui a très durement touché le secteur aérien, a indiqué le gestionnaire. L'entreprise "engage un temps de réflexion sur les enjeux d'avenir de l'aéroport", selon son PDG Augustin de Romanet.

Ce projet de 7 à 9 milliards d'euros, rejeté par nombre d'élus locaux et des ONG, passait par la construction à l'horizon 2037 d'un quatrième terminal afin d'augmenter la capacité d'accueil de 40 millions de passagers par an.

L'annonce intervient au lendemain de la présentation par le gouvernement de son projet de loi issu des propositions de la Convention citoyenne pour le climat, un texte vivement critiqué pour son "manque de muscle" par une partie de la gauche et des ONG.

Ce texte "encadre le développement des capacités aéroportuaires pour les rendre compatibles avec nos objectifs de lutte contre le changement climatique" mais souligne que "les adaptations et aménagements nécessaires aux aéroports à l'intérieur de leurs emprises restent possibles".

Le gouvernement a dit compter sur ADP "pour concilier le développement du trafic hors réseau domestique, la préservation de [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi