La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 168,09
    -129,64 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    13 542,12
    +2,82 (+0,02 %)
     
  • Nikkei 225

    27 011,33
    -120,01 (-0,44 %)
     
  • EUR/USD

    1,1241
    -0,0065 (-0,57 %)
     
  • HANG SENG

    24 289,90
    +46,29 (+0,19 %)
     
  • BTC-EUR

    32 815,84
    -56,89 (-0,17 %)
     
  • CMC Crypto 200

    844,29
    -11,52 (-1,35 %)
     
  • S&P 500

    4 349,93
    -6,52 (-0,15 %)
     

Le programme à 50 milliards d'euros d'Anne Hidalgo

·2 min de lecture

Anne Hidalgo présentait son projet présidentiel, ce jeudi matin, à Paris. Au programme, 70 mesures, 50 milliards d'euros de dépenses nouvelles et un coup de pouce historique du SMIC de 15%.

La présentation du programme présidentielle d’Anne Hidalgo se tenait dans un lieu fidèle à son image: Ground Control, un lieu "pluridisciplinaire", dans le 12ème arrondissement de Paris. Une ancienne halle de tri postal appartenant à la SNCF qui ouvre ses grilles sur une vaste terrasse agrémentée d’anciens autobus garés entre des oliviers en pots. Un lieu à la mode écolo, un peu "zadiste" et convivial. Il y a du monde qui a fait le déplacement pour cette ultime tentative d’entrer en campagne de la candidate socialiste malmenée dans les sondages (scotchée à 4% des intentions de vote dans le ).

Outre la foule de journalistes venus nombreux découvrir , ses supporters sont également de la partie. De son premier adjoint, Emmanuel Grégoire, venu en voisin, à Laurent Joffrin, l’ex-directeur du journal Libération ou le climatologue Jean Jouzel, qui restent discrets dans la salle. C’est l’équipe de campagne, quasiment au complet, qui occupe les premiers rangs, en masse: la directrice de campagne, la maire de Nantes, Johanna Rolland et le patron des porte-parole, le député Boris Vallaud, mais aussi le président de Seine-Saint-Denis, Stéphane Troussel, celle d’Occitanie, Carole Delga, le maire de Nancy, Mathieu Klein et le sénateur, Patrick Kanner. On peut aussi voir le premier secrétaire du PS, Olivier Faure, sans doute venu pour faire taire les rumeurs d’une dissension entre le parti et sa candidate.

"La primaire n'aura pas lieu!"

Quand Anne Hidalgo entre en scène, elle égraine une heure d’un discours bien rôdé. Pas question de parler - "encore!" - du rassemblement de la gauche. Ce n'est qu'à la question d'un journaliste qu'elle clôt une fois de plus et définitivement la porte d'une candidature unique qui émergerait de : "Cette primaire n'aura pas lieu", assène la candidate qui aimerait ne plus en entendre parler. Elle préfèrerait vraiment que l'on s'intéresse - "enfin!" - "à l'avenir de nos enfants". Elle en appelle à l’apaisement des débats pour "sortir des concepts fanta[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles