La bourse ferme dans 2 h 1 min
  • CAC 40

    5 776,80
    -6,61 (-0,11 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 348,62
    +0,02 (+0,00 %)
     
  • Dow Jones

    29 590,41
    -486,29 (-1,62 %)
     
  • EUR/USD

    0,9662
    -0,0026 (-0,27 %)
     
  • Gold future

    1 653,20
    -2,40 (-0,14 %)
     
  • BTC-EUR

    19 759,72
    -87,17 (-0,44 %)
     
  • CMC Crypto 200

    437,37
    -7,17 (-1,61 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,34
    +0,60 (+0,76 %)
     
  • DAX

    12 288,02
    +3,83 (+0,03 %)
     
  • FTSE 100

    6 961,81
    -56,79 (-0,81 %)
     
  • Nasdaq

    10 867,93
    -198,87 (-1,80 %)
     
  • S&P 500

    3 693,23
    -64,76 (-1,72 %)
     
  • Nikkei 225

    26 431,55
    -722,28 (-2,66 %)
     
  • HANG SENG

    17 855,14
    -78,13 (-0,44 %)
     
  • GBP/USD

    1,0839
    -0,0018 (-0,16 %)
     

“Profiteur de crise” : la description de TotalEnergies sur Google modifiée pendant quelques heures

Julien Sarboraria

“Total n’est pas seulement un profiteur de la crise : ses profits sont réalisés sur des vies humaines en fournissant le carburant aux avions russes”. Ce jeudi 1er septembre, en cherchant “Total” sur le moteur de recherche Google, c’est la description qu’on pouvait lire concernant le site officiel du fournisseur d’énergie. Une étrange découverte pour de nombreux utilisateurs de Twitter : “En tapant « Total » sur Google, on tombe sur ce résultat… un peu particulier”, s’étonnait alors l’une d’entre eux.

La phrase en question était tirée d’un tweet de la députée européenne La France Insoumise Manon Aubry, datant du 25 août dernier. Mais comment est-elle arrivée en description du site du pétrolier sur Google ? Alors qu’une utilisatrice de Twitter se réjouissait du tour joué à Total, évoquant un piratage, l’entreprise a pointé du doigt le moteur de recherche : “C’est juste Google qui a indexé un tweet nous mentionnant avec ces propos et qui a été considéré comme une page du site. Nous avons pris les mesures pour que cela ne se reproduise plus”.

Selon un expert en SEO consulté par Capital, la faille aurait pu venir de plusieurs sources : en premier lieu, il aurait pu s’agir d’un développeur de TotalEnergie qui aurait modifié la balise HTML du site web. Dans le deuxième cas de figure, celui avancé par le fournisseur d’énergie, c’est Google qui pourrait “sélectionner un bout de la page de Total qui correspond le mieux à la recherche de l’internaute”. En effet, TotalEnergies disposait auparavant (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Etats-Unis : le marché de l'emploi va-t-il connaître un ralentissement ?
"Oui Pub", le nouveau dispositif testé pour lutter contre le gaspillage de papier par ces communes
Gaz russe : une coupure totale pourrait amputer d'un point la croissance française, selon Bruno Le Maire
Decathlon ne fait pas cadeau de vélos endommagés, c'est une arnaque
À cause des inondations, la capitale du Mississippi est privée d'eau courante