La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 309,19
    -433,63 (-1,25 %)
     
  • Nasdaq

    13 354,93
    -46,93 (-0,35 %)
     
  • Nikkei 225

    28 608,59
    -909,71 (-3,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,2174
    +0,0040 (+0,33 %)
     
  • HANG SENG

    28 013,81
    -581,89 (-2,03 %)
     
  • BTC-EUR

    46 006,52
    -1 404,45 (-2,96 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 498,52
    +1 255,85 (+517,49 %)
     
  • S&P 500

    4 149,76
    -38,67 (-0,92 %)
     

Les professeurs ne devraient pas sanctionner les fautes d’orthographe

LePoint.fr
·1 min de lecture
Reprocher les fautes d'orthographe des élèves est excluant, d'après une université anglaise. (photo d'illustration)

D'après une université britannique, pénaliser les élèves pour leurs erreurs à l'écrit serait une pratique élitiste et excluante, rapporte "Le Figaro".

Pénaliser les élèves qui pêchent en orthographe serait une pratique élitiste et excluante, selon l'université de Hull, en Angleterre. Comme l'a repéré Le Figaro Étudiant, cette faculté anglaise a enjoint ses enseignants à ne pas sanctionner les erreurs à l'écrit des élèves. Une manière de « décoloniser » le programme scolaire et d'assurer l'égalité des chances entre les étudiants. Et ce, quelles que soient leurs origines, précise le journal britannique The Telegraph.

Pour l'université de Hull, le langage académique repose sur un mode d'expression « homogène, nord européen, blanc, masculin, élitiste et dépendant d'un haut niveau de maîtrise technique de l'Anglais écrit et oral ». En assouplissant les pénalités liées à une expression écrite imparfaite, le corps enseignant de cette université britannique entend encourager ses inscrits à « développer une voix académique plus authentique, une voix qui peut communiquer des idées complexes avec rigueur et intégrité, plutôt que d'obscurcir leur parcours ou leurs caractéristiques particulières ».

À LIRE AUSSI Orthographe : pour la fin d'un tabou français

Des auteurs célèbres étaient mauvais en orthographe

Concrètement, cela signifie que les enseignants doivent se demander dans quelle mesure l'étudiant « a bien communiqué sa compréhension », plutôt que de se focaliser sur l'orthographe. L'université de Hull n'est d'ailleurs pas la seule à avoir pris cette décision, en vertu d'une approche plus « inclusive » envers les él [...] Lire la suite

Ce contenu pourrait également vous intéresser :