La bourse est fermée

Les produits incriminés après le krach boursier

Si les craintes de remontée de l’inflation et des taux d’intérêt et les niveaux de valorisation élevés atteints par les actions ont contribué au récent krach éclair de Wall Street, la chute a été largement amplifiée par des débouclages de stratégies basées sur la volatilité...

Qu’est ce qui a provoqué le récent krach éclair à Wall Street ? La chute verticale de la Bourse américaine est en grande partie due aux craintes de durcissement plus rapide que prévu de la politique monétaire des Etats-Unis, suite à l’accélération des salaires outre-Atlantique, ainsi qu’aux tensions observées sur les niveaux de valorisation des actions. Pour autant, le krach a aussi mis sous les projecteurs des indices basés sur la volatilité, produits financiers complexes accusés d'avoir exacerbé le mouvement de panique des investisseurs.

L'alerte avait été donnée quelques jours seulement avant la déroute boursière de lundi par le directeur général de la banque Barclays. "Nous avons construit et structuré des produits partout dans le monde qui tentent d'améliorer les profits en pariant sur la (faible) volatilité. C'est une pratique habile (mais) lorsque le marché se retournera, attachez vos ceintures", avait déclaré Jes Staley au Forum économique de Davos. Le phénomène redouté s'est produit lundi dernier : l’indice de volatilité VIX - "indice de la peur" basé sur le risque de voir fluctuer le S&P 500, regroupant les 500 plus grandes entreprises cotées à New York - a bondi de plus de 100% en quatre heures. L'affolement a gagné le marché et en moins de vingt minutes en fin de séance, l'indice vedette de Wall Street, le Dow Jones, a plongé dans une spirale infernale de 500, puis 1.000 puis 1.500 points.

>> A lire aussi - Inflation : pourquoi elle pourrait revenir

Destiné à l'origine à évaluer la "température" des marchés, il est devenu un outil à part entière sur lequel parier. Beaucoup ont choisi de miser sur la baisse de l'indice, un marché florissant et juteux puisque le VIX était resté quasiment atone depuis l'été 2015. (...) Cliquez ici pour voir la suite