La bourse est fermée

"La production de 11 centrales nucléaires est échangée chaque jour sur le marché européen" : on a visité la bourse à l'électricité d'EDF

Grégoire Lecalot

C’est une véritable bourse de l'électricité. À Saint-Denis, en banlieue parisienne, dans une salle tapissée d’écrans et de courbes en couleurs, Perline Legentil et ses collègues pilotent toute la production d’électricité française, en utilisant plein de mots... mystérieux. "Le principe de notre équipe, finalement c’est assez simple, c’est qu’on réalise une prévision de consommation des clients d’EDF pour la journée du lendemain, explique Perline Legentil, coordinatrice processus journalier chez EDF. Ensuite, avec l’équipe, tout l’après-midi, on va construire les programmes de production de chaque centrale, nucléaire, thermique et hydraulique, pour ensuite envoyer tout ça aux gestionnaires de réseaux, et à toutes les centrales." L'objectif, pour ces dernières : connaître le volume de production à atteindre pour le lendemain. "Et ensuite on refait ça tous les jours de l’année, jours fériés et week-ends compris." Pour EDF, cette activité d'optimisation est cruciale : l'électricité ne se stocke pas, l'approvisionnement doit en permanence s'ajuster à la demande. Et les excédents de production peuvent même être exportés.

"Récupérer des mégawatts par-ci, par-là"

Avec le passage de la tempête Ciara et les forts vents qui ont balayé la France, (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi