La bourse ferme dans 5 h 48 min
  • CAC 40

    5 508,81
    -14,71 (-0,27 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 571,68
    -21,15 (-0,59 %)
     
  • Dow Jones

    30 937,04
    -22,96 (-0,07 %)
     
  • EUR/USD

    1,2134
    -0,0034 (-0,28 %)
     
  • Gold future

    1 844,60
    -6,30 (-0,34 %)
     
  • BTC-EUR

    25 867,02
    -473,29 (-1,80 %)
     
  • CMC Crypto 200

    630,05
    -9,86 (-1,54 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,90
    +0,29 (+0,55 %)
     
  • DAX

    13 798,11
    -72,88 (-0,53 %)
     
  • FTSE 100

    6 635,83
    -18,18 (-0,27 %)
     
  • Nasdaq

    13 626,06
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    3 849,62
    -5,74 (-0,15 %)
     
  • Nikkei 225

    28 635,21
    +89,03 (+0,31 %)
     
  • HANG SENG

    29 297,53
    -93,73 (-0,32 %)
     
  • GBP/USD

    1,3741
    +0,0009 (+0,07 %)
     

Producteur passé à tabac : le sociologue Christian Mouhanna espère "une vraie mobilisation sur cette question des violences policières"

franceinfo
·1 min de lecture

Une semaine après le passage à tabac de Michel Zecler, producteur de musique, par des policiers dans le 17e arrondissement de Paris, Emmanuel Macron s’est exprimé sur les réseaux sociaux vendredi soir. Il dénonce une agression, "des images qui nous font honte" et demande des propositions au gouvernement. Christian Mouhanna, sociologue, chercheur au centre de recherches sociologiques sur le droit et les institutions pénales (CESDIP), espère samedi 28 novembre sur franceinfo que cette prise de position du président de la République aboutira "enfin sur une vraie mobilisation sur cette question des violences policières".

>> Nouvelle mobilisation contre la loi "sécurité globale", après une semaine marquée par les violences policières, suivez notre direct

franceinfo : La prise de position d’Emmanuel Macron change-t-elle quelque chose ?

Christian Mouhanna : Il faut espérer qu’enfin il y ait une vraie mobilisation sur cette question des violences policières. Vouloir régler la question des abus de pouvoir par certains policiers, ce n'est pas ne pas aimer la police. Depuis très longtemps, une partie des syndicats policiers ainsi que le gouvernement (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi