Marchés français ouverture 3 h 40 min
  • Dow Jones

    30 937,04
    -22,96 (-0,07 %)
     
  • Nasdaq

    13 626,06
    -9,93 (-0,07 %)
     
  • Nikkei 225

    28 613,26
    +67,08 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,2158
    -0,0010 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    29 454,02
    +62,76 (+0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    26 027,24
    -730,44 (-2,73 %)
     
  • CMC Crypto 200

    637,52
    -9,81 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 849,62
    -5,74 (-0,15 %)
     

Producteur passé à tabac : "S'il y en a un qui déconne dans cette affaire c'est le ministre de l'Intérieur lui-même", accuse Emmanuel Grégoire

franceinfo
·1 min de lecture

Après le passage à tabac du producteur Michel Zecler par des policiers dans le 17e arrondissement de Paris, Gérald Darmanin a déclaré que "lorsqu'il y a des gens qui déconnent ils doivent quitter l'uniforme de la République, ils doivent être sanctionnés, punis par la justice". Cette réaction n'est pas appropriée, a jugé samedi 28 novembre sur franceinfo Emmanuel Grégoire, premier adjoint à la mairie de Paris. "Dire d'un policier qui tabasse un homme en le traitant de sale nègre qu'il a déconné me semble incroyablement inélégant, honteux. Je trouve que s'il y en a un qui déconne dans cette affaire c'est le ministre de l'Intérieur lui-même", a déclaré l'élu.

"Au-delà du sujet s'il doit démissionner, ils doivent retirer l'article 24. Pas de chance pour Gérald Darmanin, énormément de gens disaient que le risque intrinsèque de l'article 24 est précisément de ne pas pouvoir déceler le type de situations qui sont apparues place de la République, ou à l'occasion du tabassage de cet homme", a expliqué Emmanuel Grégoire.

"On a un ministre de l'Intérieur qui perturbe l'activité gouvernementale"

Jean Castex a annoncé qu'il allait confier la réécriture de l'article 24 à un comité d'experts indépendants, avant de (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi