La bourse ferme dans 6 h 31 min
  • CAC 40

    6 250,63
    +16,49 (+0,26 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 004,82
    +11,39 (+0,29 %)
     
  • Dow Jones

    34 035,99
    +305,10 (+0,90 %)
     
  • EUR/USD

    1,1980
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 766,30
    -0,50 (-0,03 %)
     
  • BTC-EUR

    51 333,85
    -1 663,29 (-3,14 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 368,06
    -12,89 (-0,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,59
    +0,13 (+0,20 %)
     
  • DAX

    15 356,10
    +100,77 (+0,66 %)
     
  • FTSE 100

    7 012,64
    +29,14 (+0,42 %)
     
  • Nasdaq

    14 038,76
    +180,92 (+1,31 %)
     
  • S&P 500

    4 170,42
    +45,76 (+1,11 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3755
    -0,0029 (-0,21 %)
     

La procureure de la CPI annonce une enquête sur les territoires palestiniens

par Stephanie van den Berg et Anthony Deutsch
·2 min de lecture
LA PROCUREURE DE LA CPI ANNONCE UNE ENQUÊTE SUR LES TERRITOIRES PALESTINIENS

par Stephanie van den Berg et Anthony Deutsch

AMSTERDAM (Reuters) - La procureure générale de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, a annoncé mercredi dans un communiqué l'ouverture d'une enquête sur d'éventuels crimes de guerre commis dans les territoires palestiniens.

Le 5 février, la CPI a jugé que sa juridiction s'étendait aux territoires palestiniens.

"La décision d'ouvrir une enquête fait suite à l'examen préliminaire minutieusement mené par mon Bureau pendant près de cinq ans", a déclaré Fatou Bensouda dans son communiqué.

En décembre 2019, la procureure générale de la CPI, qui sera remplacée le 16 juin par le Britannique Karim Khan, avait estimé que des crimes de guerre avaient été ou étaient en train d'être commis en Cisjordanie, y compris à Jérusalem-Est, et dans la bande de Gaza. Elle avait désigné comme possibles auteurs de ces crimes à la fois les forces de défense israéliennes et des groupes armés palestiniens comme le Hamas.

"En définitive, ce sont les victimes tant palestiniennes qu'israéliennes du long cycle de violence et d'insécurité, qui a causé de profondes souffrances et un terrible sentiment de désespoir quel que soit leur camp, qui doivent être au centre de nos préoccupations", a ajouté Fatou Bensouda mercredi.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a dénoncé une décision "antisémite". "Face à la décision antisémite de la CPI à La Haye, il n'y a qu'une réponse : nous battre de toutes nos forces pour la vérité, partout dans le monde, et pour protéger nos soldats", a-t-il écrit sur Twitter.

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Gabi Ashkenazi, a estimé que la décision de la procureure était une "faillite morale et juridique", ajoutant que la CPI avait selon lui perdu toute légitimité.

L'Autorité palestinienne a salué l'annonce de l'ouverture d'une enquête, "attendue depuis longtemps", qui permettra aux Palestiniens de poursuivre leur "quête de justice".

Le Hamas s'est également félicité de cette décision, tout en défendant ses propres actions contre Israël.

(version française Jean-Stéphane Brosse, édité par Jean-Michel Bélot)