Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    39 671,04
    -201,95 (-0,51 %)
     
  • Nasdaq

    16 801,54
    -31,08 (-0,18 %)
     
  • Nikkei 225

    38 617,10
    -329,83 (-0,85 %)
     
  • EUR/USD

    1,0827
    -0,0032 (-0,29 %)
     
  • HANG SENG

    19 195,60
    -25,02 (-0,13 %)
     
  • Bitcoin EUR

    64 075,59
    -248,20 (-0,39 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 510,27
    -16,14 (-1,06 %)
     
  • S&P 500

    5 307,01
    -14,40 (-0,27 %)
     

Proche-Orient: l'OMS presse le Hamas de relâcher tous les otages "pour raisons de santé"

Proche-Orient: l'OMS presse le Hamas de relâcher tous les otages "pour raisons de santé"

L'OMS a pressé le Hamas de fournir des preuves de vie des otages qu'il détient et de les relâcher tous "pour raisons de santé", mercredi au 19e jour de la guerre entre Israël et le groupe terroriste.

"Il est urgent que ceux qui ont capturé des otages prouvent qu'ils sont en vie et qu'ils reçoivent des soins, et qu'ils relâchent tous ceux qui ont été capturés, pour des raisons humanitaires et de santé", a déclaré dans un communiqué le chef de l'Organisation mondiale de la santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus.

L'attaque du Hamas et les représailles de l'armée israélienne dans la bande de Gaza ont fait plus de 1.400 morts en Israël, selon les autorités, et plus de 6.500 dans le territoire palestinien, selon le groupe terroriste, majoritairement des civils des deux côtés. Le Hamas retient en otage depuis le 7 octobre plus de 220 otages.

Un navire-hôpital français en direction de Gaza

La situation humanitaire dramatique dans le petit territoire de 362km2 préoccupe également la communauté internationale.

PUBLICITÉ

Selon l'OMS, six hôpitaux ont déjà fermé, faute de carburant, dans la bande de Gaza où s'entassent 2,4 millions de Palestiniens dans des conditions désastreuses. L'ONU réclame d'urgence la livraison de carburant pour faire fonctionner les générateurs dans les hôpitaux où affluent des milliers de blessés, pomper et purifier l'eau et faire circuler les camions.

Mais Israël s'y refuse, affirmant que cela profiterait au Hamas qu'il considère avec les Etats-Unis et l'Union européenne comme une organisation "terroriste".

Le président français a annoncé l'envoi par la France d'un navire militaire pour "soutenir les hôpitaux". Ce dernier, un navire-hôpital, a appareillé mercredi pour Gaza.

Article original publié sur BFMTV.com