La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 068,59
    -125,57 (-1,75 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 229,56
    -70,05 (-1,63 %)
     
  • Dow Jones

    34 265,37
    -450,02 (-1,30 %)
     
  • EUR/USD

    1,1348
    +0,0031 (+0,27 %)
     
  • Gold future

    1 836,10
    -6,50 (-0,35 %)
     
  • BTC-EUR

    31 491,90
    -161,20 (-0,51 %)
     
  • CMC Crypto 200

    870,86
    +628,18 (+258,85 %)
     
  • Pétrole WTI

    84,83
    -0,72 (-0,84 %)
     
  • DAX

    15 603,88
    -308,45 (-1,94 %)
     
  • FTSE 100

    7 494,13
    -90,88 (-1,20 %)
     
  • Nasdaq

    13 768,92
    -385,10 (-2,72 %)
     
  • S&P 500

    4 397,94
    -84,79 (-1,89 %)
     
  • Nikkei 225

    27 522,26
    -250,67 (-0,90 %)
     
  • HANG SENG

    24 965,55
    +13,20 (+0,05 %)
     
  • GBP/USD

    1,3555
    -0,0045 (-0,33 %)
     

Votre prochaine voiture pourrait détecter les pollutions et même les explosifs

·1 min de lecture

Imaginez que votre voiture soit pourvue d’un « nez » capable de détecter des dizaines de produits chimiques et d’activer automatiquement le recyclage de l’air de l’habitacle pour vous protéger. Cela pourrait devenir une réalité d’ici quelques années grâce au capteur Vaporsens de Gentex.

Il s’agit d’une technologie développée initialement par l’université de l’Utah (Etats-Unis) qui repose sur le principe de la chimiorésistance . Elle se présente sous la forme d’un capteur qui renferme des nanofibres environ mille fois plus fines qu’un cheveux humain qui ont été spécialement traitées avec des molécules de base. Ces nanofibres sont appliquées sur des d’électrodes interdigitées afin de devenir conductrices. La tension génère un courant électrique qui va circuler à travers les nanofibres. Lorsque ces dernières entrent en contact avec un produit chimique, des transferts de charge s’opèrent qui entrainent un changement de conductivité. C’est cette variation qui génère un signal indiquant la détection d'un produit chimique. L’information est envoyée à un microprocesseur qui détermine la signature de la substance détectée.

Des billions de signatures chimiques uniques

A ce jour, Gentex a développé plus de 80 types de nanofibres qui réagissent chacune différemment à un produit chimique ou à une classe de produits chimiques. Elles sont combinées de manière de manière à pouvoir créer une signature unique pour chaque produit chimique ciblé. Un capteur Vaporsens est capable d’identifier une grande variété de produits chimiques industriels toxiques, explosifs, drogues, composés organiques volatiles, amines… (voir la liste complète).

« Les dispositifs actuels de Vaporsens utilisent un réseau de 16 nanofibres, ce qui permet d'obtenir des billions de signatures chimiques uniques et une très grande sélectivité », explique l’entreprise qui souligne également que ce capteur se contente de l’énergie fournie par un port micro-USB pour fonctionner.

Selon Gentex, la technologie Vaporsens...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles