La prochaine bataille navale se fera avec des drones

L’Ukraine s’est lancée dans l’attaque par drone naval pour couler des navires amarrés dans des ports occupés en Crimée. Les torpilles et navires téléguidés sont en plein développement et des flottes « fantômes », sans aucun pilote à bord, sont déjà déployées.

Bateaux sans pilote, missiles de plus en plus autonomes… Les drones navals attirent les officiers lors du salon international de défense maritime à Singapour, ce 5 mai. Les délégations de nombreux pays asiatiques se succèdent, chacune imaginant comment elle pourra utiliser ces robots téléguidés en cas de conflit armé. Pour faire court, tout le monde est sous tension dans l’Est de l’Asie. Et, puisque la mer sépare tous les adversaires, la défense du territoire passe d’abord par une destruction des navires ennemis.

Singapour, considéré comme la « Suisse de l’Asie », profite de sa neutralité pour produire et proposer ses drones à tous les États environnants. Parmi les modèles développés par le champion local ST Engineering, on peut citer le Mercury. C’est un drone couleur orange pétard, qui sert « d’œil sous-marin » aux forces armées pour détecter des mines, de potentiels dégâts sur des câbles ou directement inspecter les ports adverses.

Le Mercury, un drone de reconnaissance sous-marin. // Source : ST Engineering
Le Mercury, un drone de reconnaissance sous-marin. // Source : ST Engineering

Les premières attaques kamikazes sur mer

Ces engins qui viennent discrètement frapper les bateaux amarrés sont déjà une crainte pour les Russes.

[Lire la suite]