La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 233,94
    +67,67 (+0,94 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 257,98
    +16,86 (+0,40 %)
     
  • Dow Jones

    33 926,01
    -127,93 (-0,38 %)
     
  • EUR/USD

    1,0798
    -0,0113 (-1,04 %)
     
  • Gold future

    1 877,70
    -53,10 (-2,75 %)
     
  • BTC-EUR

    21 663,29
    -361,14 (-1,64 %)
     
  • CMC Crypto 200

    535,42
    -1,43 (-0,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,23
    -2,65 (-3,49 %)
     
  • DAX

    15 476,43
    -32,76 (-0,21 %)
     
  • FTSE 100

    7 901,80
    +81,64 (+1,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 006,96
    -193,86 (-1,59 %)
     
  • S&P 500

    4 136,48
    -43,28 (-1,04 %)
     
  • Nikkei 225

    27 509,46
    +107,41 (+0,39 %)
     
  • HANG SENG

    21 660,47
    -297,89 (-1,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,2056
    -0,0173 (-1,41 %)
     

En procédure avec son assureur depuis 3 ans, un Orléanais "à bout" entame une grève de la faim

Loïs Larges

C’est ce qu’on appelle la double peine. En 2019, Lilian Pasquali a subi un accident de voiture en décembre 2019. Depuis, il ne peut plus travailler. Mais son assureur refuse de l’indemniser. Selon Axa, c’est la maladie auto-immune dont il souffre, la sclérodermie, qui empêche l’homme d’exercer sa profession. Lilian Pasquali, au bord du gouffre, a donc décidé d’entamer une grève de la faim pour se faire entendre, rapporte Sud Ouest le mercredi 28 décembre 2022. Par ailleurs, cet habitant de Château-d’Oléron a arrêté son traitement de chimiothérapie, indispensable pour limiter les effets de sa maladie.

Depuis son grave accident, Lilian Pasquali ne peut plus se déplacer sans sa canne. En outre, il souffre de douleurs physiques en permanence. Malgré cela, son dossier d’indemnisation n’a toujours pas été traité par son assureur. La cause ? Le quinquagénaire a refusé l’indemnisation proposée par Axa des années auparavant étant donné la maigre compensation qu’elle représentait à ses yeux. À bout de forces, il clame son ras-le-bol : "Je n'en peux plus, je suis à bout, cela n'avance pas depuis trois ans, je ne peux plus travailler, je suis très endetté et je ne peux plus régler mon loyer. J'ai bien peur de me retrouver prochainement à la rue. Lors du jugement en correctionnelle du chauffard, le juge avait demandé à Axa de me verser en urgence 10 000 euros, cela leur a pris six mois... Et c'est comme ça en permanence."

Pourtant, lors de la première expertise effectuée par un médecin mandaté (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Musk, Zuckerberg... les sommes immenses perdues par les milliardaires de la tech en 2022
Leur vol reporté, des passagers contraints à dormir par terre et manger des chips
Nintendo : la console Switch Pro ne serait plus à l'ordre du jour
Voici les jobs étudiants les mieux payés et les plus recherchés à Paris
Meilleure cuisine du monde : ce classement a mis en colère les Français