La bourse ferme dans 2 h 58 min
  • CAC 40

    6 660,82
    +51,51 (+0,78 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 125,66
    +22,63 (+0,55 %)
     
  • Dow Jones

    34 930,93
    -127,59 (-0,36 %)
     
  • EUR/USD

    1,1882
    +0,0035 (+0,30 %)
     
  • Gold future

    1 829,90
    +25,30 (+1,40 %)
     
  • BTC-EUR

    33 529,27
    -966,82 (-2,80 %)
     
  • CMC Crypto 200

    931,94
    +2,02 (+0,22 %)
     
  • Pétrole WTI

    72,64
    +0,25 (+0,35 %)
     
  • DAX

    15 647,62
    +77,26 (+0,50 %)
     
  • FTSE 100

    7 084,18
    +67,55 (+0,96 %)
     
  • Nasdaq

    14 762,58
    +102,01 (+0,70 %)
     
  • S&P 500

    4 400,64
    -0,82 (-0,02 %)
     
  • Nikkei 225

    27 782,42
    +200,76 (+0,73 %)
     
  • HANG SENG

    26 315,32
    +841,44 (+3,30 %)
     
  • GBP/USD

    1,3967
    +0,0058 (+0,42 %)
     

Procès de Valérie Bacot : "Je suis quelqu'un, je ne suis plus une chose"

·1 min de lecture

Verdict vendredi dans le procès de Valérie Bacot, accusée d'avoir tué son mari qui, durant des années, l'a battue et prostituée. Jeudi, l'avocate de la partie civile a réclamé une condamnation pour l'exemple, car "un crime n'est jamais une solution". Mais tout au long de la semaine, c'est une femme victime qui est apparue devant les jurés.

>> Retrouvez la matinale du jour en replay et en podcast ici

"Je suis quelqu'un, je ne suis plus une chose"

À la barre, Valérie Bacot a parlé d'une voix timide en ne cessant de s'excuser en évoquant sa vie. Quand elle raconte les progrès qu'elle fait avec sa psychologue, elle ne peut s'empêcher de dire à la présidente "Vous devez me trouver cinglée", ou "je suis bête quand même, la cruche, c'est moi".

Cette femme qui, durant des années, a subi les violences et les humiliations de son mari, a pourtant passé un cap énorme durant cette semaine de procès. Jeudi, elle a enfin pu dire : "Je suis quelqu'un, je ne suis plus une chose". Des mots qui ont ému jusqu'à son avocate, Me Janine Bonaggiunta. "Aujourd'hui, elle montre une image d'elle très positive. Elle qui avait été isolée, séquestrée et emprisonnée a réussi à rebondir en trouvant un emploi, en continuant à élever ses enfants...", réagit l'avocate au micro d'Europe 1. "Je vous avoue que j'ai eu les larmes aux yeux, tout à l'heure."

"C'est le procès de toutes les femmes battues"

Devant la cour d'assises de Saône-et-Loire, la journée de mercredi a été décisive, quand la famille de son ma...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles