La bourse est fermée
  • Dow Jones

    33 914,78
    -63,30 (-0,19 %)
     
  • Nasdaq

    11 482,10
    -139,61 (-1,20 %)
     
  • Nikkei 225

    27 433,40
    +50,84 (+0,19 %)
     
  • EUR/USD

    1,0866
    -0,0008 (-0,08 %)
     
  • HANG SENG

    22 069,73
    -619,17 (-2,73 %)
     
  • BTC-EUR

    21 336,03
    -530,77 (-2,43 %)
     
  • CMC Crypto 200

    524,35
    -13,52 (-2,51 %)
     
  • S&P 500

    4 043,82
    -26,74 (-0,66 %)
     

Procès de l'attentat de Nice : les avocats des parties civiles réclament un «devoir de vérité»

© Riccardo Milani / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP

Les avocats des parties civiles ont réclamé lundi au procès de l'attentat de Nice  un "devoir de vérité" à la cour, soulignant que pour les victimes la "réponse judiciaire" était tout aussi importante que la "reconnaissance de leur souffrance". "Les parties civiles doivent comprendre, vous avez envers elles un devoir de vérité", a lancé l'un d'eux, Me Ludovic de Villèle, aux six juges de la cour d'assises spéciale de Paris.

>> LIRE AUSSIProcès de l'attentat de Nice : à la barre, Mohamed Ghraieb clame son innocence

 

L'auteur de l'attentat de Nice, qui avait fait 86 morts et plus de 400 blessés sur la Promenade des anglais le 14 juillet 2016, avait été abattu par la police dans son camion-bélier.

"Comprendre comment on a pu en arriver là"

En son absence, huit personnes sont jugées depuis le 5 septembre : trois pour association de malfaiteurs terroriste et cinq pour trafic d'armes. Aucun n'est poursuivi pour complicité de l'acte meurtrier. "Pour les victimes, il ne s'agit pas à tout prix de trouver des coupables (...) mais de comprendre comment on a pu en arriver là", a assuré Me Charles-Antoine Ciccolini. "Vous vous attacherez à prononcer des peines à la hauteur des actes commis" par ceux qui ont "permis ou aidé la réalisation" de l'attentat, a toutefois enjoint Me de Villèle.

Il a aussi invité la cour à "prendre le temps de la pédagogie, de l'explication, dans le prononcé de (sa) décision, pour que chaque partie civile" puisse en comprendre "le sens et la portée"...


Lire la suite sur Europe1