La bourse ferme dans 4 h 58 min
  • CAC 40

    5 483,92
    -39,60 (-0,72 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 559,45
    -33,38 (-0,93 %)
     
  • Dow Jones

    30 937,04
    -22,96 (-0,07 %)
     
  • EUR/USD

    1,2126
    -0,0043 (-0,35 %)
     
  • Gold future

    1 841,60
    -9,30 (-0,50 %)
     
  • BTC-EUR

    25 986,83
    -895,67 (-3,33 %)
     
  • CMC Crypto 200

    633,31
    -6,61 (-1,03 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,88
    +0,27 (+0,51 %)
     
  • DAX

    13 750,24
    -120,75 (-0,87 %)
     
  • FTSE 100

    6 610,16
    -43,85 (-0,66 %)
     
  • Nasdaq

    13 626,06
    0,00 (0,00 %)
     
  • S&P 500

    3 849,62
    -5,74 (-0,15 %)
     
  • Nikkei 225

    28 635,21
    +89,03 (+0,31 %)
     
  • HANG SENG

    29 297,53
    -93,73 (-0,32 %)
     
  • GBP/USD

    1,3733
    +0,0001 (+0,01 %)
     

Procès «des écoutes»: «Jamais je n'ai été un corrupteur», clame l'avocat de Nicolas Sarkozy

·2 min de lecture

Au procès de Nicolas Sarkozy, le procès dit « des écoutes », c'était ce jeudi au tour de l'avocat de l'ancien président de venir s'expliquer devant le tribunal correctionnel de Paris. Me Thierry Herzog est accusé de corruption et trafic d'influence. Appelé à la barre, il a clamé son innocence.

« Je n’ai rien fait. Je n’ai commis aucune infraction », lance d'emblée Me Thierry Herzog. « Jamais je n'ai été un corrupteur. Jamais je n'ai corrompu », insiste encore l'avocat et ami de Nicolas Sarkozy qui se dit prêt à répondre à toutes les questions sauf celles qui concernent les écoutes.

Le problème est que tout le dossier repose sur des conversations téléphoniques entre les trois prévenus. Mais pour Me Herzog, les discussions qu'il a eues avec Nicolas Sarkozy sur une ligne secrète ouverte au nom de Paul Bismuth relèvent du secret professionnel. Un secret sacré, essentiel si l'on veut qu'un citoyen ait confiance en son avocat et que celui-ci puisse le défendre. Voilà ce qu'ont expliqué à la barre le pénaliste Henri Leclerc, sommité chez les avocats, et le bâtonnier de Paris, Olivier Cousi.

Dans ces conditions, l'audition de Me Herzog n'a pas apporté grand chose. L'avocat reconnaît avoir demandé à Nicolas Sarkozy de se renseigner sur le poste à Monaco que convoitait Gilbert Azibert mais ce dernier ne lui avait rien demandé. Et surtout il n'agissait ni d'une contrepartie, ni d'un remerciement.

Lundi, Me Herzog devra encore répondre aux questions du Parquet national financier. Puis ce sera au tour de Nicolas Sarkozy d'être entendu. Il a promis, lui, de s'expliquer sur tous les échanges téléphoniques.

À lire aussi : France: ouverture du procès de Nicolas Sarkozy pour l'affaire des «écoutes»