La bourse ferme dans 8 h 1 min
  • CAC 40

    6 682,05
    -30,43 (-0,45 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 950,90
    -11,51 (-0,29 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,93 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0410
    +0,0005 (+0,05 %)
     
  • Gold future

    1 754,60
    +0,60 (+0,03 %)
     
  • BTC-EUR

    15 578,14
    -444,77 (-2,78 %)
     
  • CMC Crypto 200

    379,99
    -2,67 (-0,70 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,97
    -2,31 (-3,03 %)
     
  • DAX

    14 497,01
    -44,37 (-0,31 %)
     
  • FTSE 100

    7 438,21
    -48,46 (-0,65 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,94 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 162,83
    -120,20 (-0,42 %)
     
  • HANG SENG

    17 297,94
    -275,64 (-1,57 %)
     
  • GBP/USD

    1,2086
    -0,0004 (-0,04 %)
     

Prix, voitures électriques, conduite autonome : Renault et Stellantis, plus de connivences que de concurrence ?

Ils s’affrontent sur le marché automobile français et mondial. Mais une fois réunis en interview, les deux grands patrons de Renault et de Stellantis partagent une vision commune et les mêmes inquiétudes.

Le journal Le Parisien a réuni Carlos Tavares, PDG de Stellantis, et Luca de Meo, PDG du groupe Renault pour une interview croisée. L’article paru le 1er octobre 2022 balaye de nombreux sujets : avenir de la voiture électrique, concurrence chinoise, crise des semi-conducteurs, conduite autonome ou encore autopartage. On remarque que les deux patrons partagent nombre de points communs sur les sujets abordés. Les deux hommes se connaissent bien.

Si Carlos Tavares — patron de 16 marques dont Peugeot, Citroën, DS, Fiat, Alfa ou Jeep — se montre toujours assez pessimiste, Luca de Meo — PDG de Renault, Nissan, Dacia — arrondit un peu plus les angles. Au final, il y a plus d’éléments qui les réunissent, qu’il n’y en a qui les opposent.

Le virage vers la voiture électrique n’offre plus de retour en arrière

Carlos Tavares et Luca de Meo n’hésitent pas à partager certaines inquiétudes. On retiendra notamment que maintenant qu’ils se sont lancés « plein pot » sur l’électrique, il n’y aura plus de retour en arrière possible. Par leur discours, les deux patrons ne veulent pas qu’on leur reproche de freiner sur l’électrique, ils veulent simplement alerter sur la face cachée : « Plein Pot !

[Lire la suite]