Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    39 428,54
    +278,21 (+0,71 %)
     
  • Nasdaq

    17 589,46
    -99,91 (-0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    38 804,65
    +208,18 (+0,54 %)
     
  • EUR/USD

    1,0738
    +0,0040 (+0,38 %)
     
  • HANG SENG

    18 027,71
    -0,81 (-0,00 %)
     
  • Bitcoin EUR

    56 242,27
    -3 487,83 (-5,84 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 248,50
    -61,22 (-4,67 %)
     
  • S&P 500

    5 466,29
    +1,67 (+0,03 %)
     

“Le prix du pétrole va réagir au verdict de la Fed sur ses taux et au dollar”

Maksym Yemelyanov/Adobe Stock

Depuis le début de l’année, le prix du baril de pétrole s’est déprécié de 11,6%. Cependant, cette performance négative n’a pas été régulière et cache en fait une forte volatilité (de 33%). Concrètement, le baril a évolué dans une bande de prix oscillant entre 86 dollars et 73 dollars. Il se traitait à 76 dollars ce vendredi, à peine 2 dollars au-dessus des cours qui précédaient la réunion de l’OPEP+ dimanche 4 juin à Vienne.

Les débats lors de cette réunion ont duré sept heures. Cette durée inhabituelle a mis en lumière des tensions récentes entre l'Arabie saoudite et la Russie, cette dernière sapant les efforts de Riyad visant à augmenter le prix du baril de pétrole (en ne respectant pas ses quotas). Au final, les participants ont accepté de prolonger les réductions de leur production décidées à la fin 2022 à fin 2024, l’Arabie Saoudite a annoncé qu’elle réduirait sa production d’un million de barils jour pour le mois de juillet (avec une option pour éventuellement prolonger la période) et (pour démontrer une unité de façade ?) la Russie, l’Angola, le Nigéria et le Congo ont accepté de revoir à la baisse leurs objectifs de production…

Les décisions prises lors de cette réunion sont loin de rivaliser avec les coupes de production d’octobre 2022 (2 millions de barils), ni d’avril 2023 (1,6 million de barils). Les mises en garde proférées par le ministre saoudien de l’Energie Abdel Aziz ben Salmane aux spéculateurs positionnés pour profiter d’une baisse du prix du baril ne les ont (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Eiffage prend le contrôle total du Viaduc de Millau, la Caisse des dépôts vend ses actions
CAC 40 : la Bourse attend l'inflation et la Fed au tournant, la BCE menace d'encore relever ses taux
Airbus : la Chine pourrait offrir des opportunités incroyables à l'avionneur européen
Lustucru : rappel dans toute la France de "pasta box" en raison de suspicion de Listeria
Banque : “pour résister à la domination des Etats-Unis et de la Chine, il faut rétablir la confiance dans le système”