Marchés français ouverture 3 h 49 min
  • Dow Jones

    30 932,37
    -469,63 (-1,50 %)
     
  • Nasdaq

    13 192,35
    +72,95 (+0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    29 560,02
    +594,01 (+2,05 %)
     
  • EUR/USD

    1,2086
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • HANG SENG

    29 336,16
    +355,95 (+1,23 %)
     
  • BTC-EUR

    38 516,24
    +552,96 (+1,46 %)
     
  • CMC Crypto 200

    930,08
    -3,06 (-0,33 %)
     
  • S&P 500

    3 811,15
    -18,19 (-0,48 %)
     

Le prix Margaret pousse le rôle de la femme digitale

·2 min de lecture

La neuvième édition de la Journée de la Femme Digitale se tiendra le 8 mars à l'Elysée. Elle récompense pour la première fois des femmes entrepreneurs juniors.

"Inspirer, encourager les femmes à se révéler et à innover". L’ambition de la Journée de la Femme Digitale (JFD) , neuf ans après sa création par Delphine Remy-Boutang, fondatrice de The Bureau, agence spécialisée dans le conseil en stratégie digitale. La place de la femme dans le monde numérique évolue peu, elle : moins d’un tiers des emplois sont occupés par des femmes, 7 % des start-up françaises sont créées par des femmes, 41% des femmes quittent les métiers de la Tech au bout de 10 ans de carrière…

Le 8 mars prochain, journée de la femme, sera également celle de la femme digitale, au cours de laquelle sont traditionnellement remis les Margaret, prix récompensant les femmes entrepreneurs les plus innovantes et les plus dynamiques d’Europe et d’Afrique. Le prix est dénommé d’après celle qui a développé le système embarqué du programme Apollo : Margaret Hamilton, 84 ans aujourd’hui. Dans les années 1960-1970, elle dirigeait le département de génie logiciel du MIT, qui travaillait avec la Nasa sur ce projet. "Il ne faut pas avoir peur de se tromper", n’a cessé de répéter cette femme restée dans l’ombre, mais sans laquelle l’homme n’aurait pas marché sur la Lune. Elle est le "rôle modèle" auquel se réfèrent les Margaret.

Projets disruptifs

La cérémonie aura lieu cette année à l’Elysée et honorera les femmes sélectionnées le 12 février par le jury parmi les 25 femmes retenues dans six catégories. Quelque 200 candidatures . Dans la catégorie "Entrepreneur Europe", cinq projets ambitieux et disruptifs ont été retenus. Avec Beautylitic, Candice Colin veut proposer le "Yuka de la beauté", une application de décryptage des cosmétiques permettant de proposer des améliorations aux industriels. Face à elle, Chrystele Gimaret lance le Uber du nettoyage avec Ekoklean, et la Suédoise Linnéa Kornehed développe une société de transport spécialisée dans les véhicules électriques et autonomes, les Einride Pods, probablement le projet le plus avant-gardiste de la sélection.

La cat[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi