La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 097,21
    +1,22 (+0,02 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 178,01
    +4,03 (+0,10 %)
     
  • Dow Jones

    33 978,08
    +28,67 (+0,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,0874
    -0,0018 (-0,16 %)
     
  • Gold future

    1 943,90
    -2,80 (-0,14 %)
     
  • BTC-EUR

    21 529,21
    +210,11 (+0,99 %)
     
  • CMC Crypto 200

    526,66
    +9,65 (+1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,38
    -1,63 (-2,01 %)
     
  • DAX

    15 150,03
    +17,18 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 765,15
    +4,04 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    11 621,71
    +109,30 (+0,95 %)
     
  • S&P 500

    4 070,56
    +10,13 (+0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 382,56
    +19,81 (+0,07 %)
     
  • HANG SENG

    22 688,90
    +122,12 (+0,54 %)
     
  • GBP/USD

    1,2395
    -0,0012 (-0,10 %)
     

Prix de l'immobilier: une accalmie pour 2023

©Quark Studio / Pexels

Confrontés à la raréfaction du crédit, le marché immobilier a ralenti l’an dernier. Selon les professionnels, les prix devraient reculer cette année.

Après des années de hausse des prix et de ventes sans cesse plus nombreuses, le marché immobilier s’est retourné l’an dernier. "Le nombre de transactions, aussi bien pour les appartements que pour les maisons, a fléchi durant l’été", souligne Charles Marinakis, président du réseau d’agences immobilières Century 21. Pourtant, les six premiers mois de 2021 ont été dynamiques, ce qui a permis d’atteindre, en cumul sur un an, plus d’1,2 million de ventes en août dernier selon les données de la Fnaim (Fédération nationale de l’immobilier). Mais les craintes liées à l’inflation (5,9% en décembre selon l‘Insee) et la flambée des taux d’intérêt consécutives à la guerre en Ukraine ont eu raison de la frénésie immobilière française. Le bilan annuel des transactions pour 2021 s’élève toutefois à 1,1 million de ventes, soit un excellent score. "Le ralentissement est plus marqué pour les maisons que pour les appartements, car elles avaient été très recherchées après la crise sanitaire", estime Charles Marinakis.

La demande a évolué face à l’inflation

Autre facteur qui a amené les ménages à réfléchir sur leur projet immobilier: la hausse des dépenses à prévoir après déménagement. Selon le bilan dressé par le réseau Laforêt, "les acquéreurs redimensionnent leur projet, changent de département, voire de région", afin de tenir compte "de la hausse du coût des transports et de l’énergie. Les dépenses annexes, liées aux travaux de rénovation énergétique, explosent également du fait du prix élevé des matières premières et aux difficultés à trouver des artisans". La question des dépenses d’énergie et des passoires thermiques s’est invitée dans les négociations et les anticipations de travaux, malgré les aides de l’Etat type MaPrimeRénov’.

Lire aussiPrix élevés, durcissement du crédit : la fin de l’euphorie immobilière touche les primo-accédants

Les prix ont augmenté moins vite, voire baissé

Sur les tendances annuelles, les prix s’affichent en hausse en 2021 de 4,9%, maisons et appartem[...]

Lire la suite sur challenges.fr