La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 733,69
    +47,52 (+0,71 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 188,81
    +33,08 (+0,80 %)
     
  • Dow Jones

    35 677,02
    +73,94 (+0,21 %)
     
  • EUR/USD

    1,1646
    +0,0015 (+0,13 %)
     
  • Gold future

    1 793,10
    +11,20 (+0,63 %)
     
  • BTC-EUR

    52 467,83
    -97,69 (-0,19 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 453,34
    -49,69 (-3,31 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,98
    +1,48 (+1,79 %)
     
  • DAX

    15 542,98
    +70,42 (+0,46 %)
     
  • FTSE 100

    7 204,55
    +14,25 (+0,20 %)
     
  • Nasdaq

    15 090,20
    -125,50 (-0,82 %)
     
  • S&P 500

    4 544,90
    -4,88 (-0,11 %)
     
  • Nikkei 225

    28 804,85
    +96,27 (+0,34 %)
     
  • HANG SENG

    26 126,93
    +109,40 (+0,42 %)
     
  • GBP/USD

    1,3760
    -0,0036 (-0,26 %)
     

Prix du carburant : la barre symbolique des deux euros peut-elle être franchie ?

·2 min de lecture

Quelques stations-services affichent déjà un prix du litre de carburant supérieur à la barre symbolique des deux euros. Ce tarif peut-il se généraliser partout en France, comme l'affirment certains distributeurs ? "Ce n'est pas une fatalité", analyse un spécialiste de l'énergie sur Europe 1.

Va-t-il falloir s'habituer à un prix du litre de carburant à deux euros ? Les automobilistes ont remarqué la hausse des tarifs de l'essence qui court depuis cet été. Le litre de sans-plomb s'affiche en moyenne autour de 1,50 euro et le gazole autour d'1,60 euro. Un prix qui peut donc prochainement se rapprocher des deux euros et renforcer le mécontentement des automobilistes. Si cette barre n'est pas franchie partout en France, elle l'est déjà dans certains endroits, comme en Vendée.

Sur l'île d'Yeu par exemple, certaines stations-services présentent un prix supérieur à deux euros le litre. Pour certains distributeurs, ce tarif pourrait se généraliser dans le pays dans les prochaines semaines. C'est en tout cas ce qu'affirme le PDG du groupe Leclerc, Michel-Édouard Leclerc.

"Ce ne sera pas forcément le cas" partout en France

Mais pour Francis Perrin, spécialiste de l'énergie à l'Institut de relations internationales et stratégiques, passer la barre des deux euros n'est pas forcément une évidence. "Je ne pense pas que ce soit une fatalité. Pour aller à deux euros, cela veut dire qu'il faut encore 40 centimes de hausse pour le sans plomb 95 et 55 centimes pour le gazole. Il ne me parait pas possible de dire aujourd'hui que ce sera forcément le cas", explique-t-il sur Europe 1. Il reconnaît toutefois que "l'on peut très bien aussi avoir un scénario dans lequel les prix du pétrole se stabiliseraient sans forcément approcher ce seuil symbolique de deux euros par litre".

Cette augme...

Lire la suite sur Europe1

Ce contenu peut également vous intéresser :

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles